Apprendre le français en France

L’actualité du FLE et du français dans le monde

Le fil de l'actualité

Français de la santé : un nouveau master Pro à la Sorbonne

De plus en plus de praticiens non francophones exerçant en France, les besoins en formation dans le domaine du français médical s’avèrent d’ores et déjà importants et appelés à se développer. Pour y (...)

De plus en plus de praticiens non francophones exerçant en France, les besoins en formation dans le domaine du français médical s’avèrent d’ores et déjà importants et appelés à se développer. Pour y répondre, l’Université Paris-Sorbonne Paris 4 met en place dès la prochaine rentrée universitaire une option « français de la santé » dans le cadre de son master pro Langue française appliquée. L’objectif est de permettre au futur enseignant d’acquérir une solide connaissance de la langue de spécialité et des compétences en didactique des langues sur objectifs spécifiques et de se familiariser avec le monde médical. Ce master s’adresse en priorité aux étudiants titulaires d’un master 1 FLE ainsi qu’aux enseignantssouhaitant se former à la didactique du français médical.

En savoir plus

L’offre de formation de la Sorbonne - UFR Langue française


Publié le 22 mai 2012
Fermer
plus d'info

Se former en FLE à l’université de La Réunion

L’université de La Réunion propose deux formations diplômantes à distance en didactique du FLE/S : une licence 3 et un master professionnel en Ingénierie des langues. Depuis septembre dernier, la (...)
L’université de La Réunion propose deux formations diplômantes à distance en didactique du FLE/S : une licence 3 et un master professionnel en Ingénierie des langues. Depuis septembre dernier, la licence 3 est proposée entièrement à distance. Le parcours de master en ingénierie des langues - FLE, en continuité avec cette licence, passe lui aussi à distance à compter de la rentrée 2012 pour le M1 et à partir de septembre 2013 pour le M2. Il s’agit d’un master professionnel orienté vers une spécialisation TICE et didactique du plurilinguisme. Ces deux formations diplômantes offrent la possibilité de se former au métier d’enseignant de FLE, mais également de découvrir un apprentissage à distance collaboratif innovant qui fait pleinement usage des potentialités qu’offre actuellement Internet, notamment sous sa forme web social / 2.0. Retrait et dépôt des dossiers de demande d’inscription en master : du 1er avril au 15 juin.
Publié le 22 mai 2012
Fermer
plus d'info

Congrès mondial des professeurs de français - Durban 23-27 juillet

Le 13ème Congrès de la FIPF - Fédération internationale des professeurs de français - se déroulera du 23 au 27 juillet prochain à Durban - Afrique du Sud, sur le thème : Le monde en marche. (...)

Le 13ème Congrès de la FIPF - Fédération internationale des professeurs de français - se déroulera du 23 au 27 juillet prochain à Durban - Afrique du Sud, sur le thème : Le monde en marche. L’enseignement du français entre mondialisation et contextualisation. Tous les 4 ans, le Congrès Mondial de la FIPF réunit entre 1500 et 2000 enseignants venus partager leur engagement dans l’enseignement et la diffusion du français dans le monde.

En savoir plus

Publié le 22 mai 2012
Fermer
plus d'info

Forum pédagogique des centres de FLE

FORUM PÉDAGOGIQUE DES CENTRES DE FLE Intégrer les outils numériques : outils, pratiques et échanges Le Forum pédagogique des centres de FLE, organisé depuis 2004 par l’Agence de promotion du FLE, (...)

FORUM PÉDAGOGIQUE DES CENTRES DE FLE
Intégrer les outils numériques : outils, pratiques et échanges

Le Forum pédagogique des centres de FLE, organisé depuis 2004 par l’Agence de promotion du FLE, réunit deux fois par an les responsables de centres et les professionnels du FLE en France et dans le monde dans un dynamique d’échanges et de réflexion en commun sur leurs pratiques pédagogiques.
Depuis 2009 la thématique retenue concerne spécifiquement l’intégration des outils numériques dans les centres de FLE.
L’Agence apporte à ce titre son expertise aux institutions et organismes privés et publics en France et dans le monde, pour la mise en place de dispositifs d’enseignement, d’apprentissage du FLE et
d‘accompagnement pédagogique en ligne.

Comptes rendus des journées et documents en ligne

Publié le 21 mai 2012
Fermer
plus d'info

Forum du 6 avril 2012 : Les nouveaux lieux d’apprentissage

Quel avenir pour le modèle de la salle de classe à la française - lieu clos, porte fermée, centré sur le cours du professeur, alors que la société toute entière semble passer à un modèle où le savoir et (...)

LIeux

Quel avenir pour le modèle de la salle de classe à la française - lieu clos, porte fermée, centré sur le cours du professeur, alors que la société toute entière semble passer à un modèle où le savoir et la parole circulent librement d’un espace à un autre, à l’image de ces ’open spaces" de la publicité et alors que le numérique permet enfin de construire d’autres lieux d’apprentissage plus séduisants ?

Les pratiques d’échanges ouverts qu’internet rend possibles restent parfois aux portes de cette classe mal connectée et sont souvent contrariées par une architecture et un mobilier inadapté. Comment l’espace peut-il contribuer à des pédagogies plus innovantes et à un apprentissage plus vivant et épanouissant ? Nous parlerons de lieux qui inspirent en France et à l’étranger, et analyserons l’évolution des centres de ressources et celle des laboratoires de langues. Nous évoquerons enfin l’ouverture prochaine à Paris de la Librairie pédagogique du FLE qui sera inaugurée le 1er juin.




puce Apprendre ailleurs, pour apprendre autrement
Intervention de Christine VAUFREY
, Rédactrice en chef de la revue THOT-cursus.
L’évolution des lieux d’apprentissage est un sujet stimulant pour la curiosité et l’imagination des enseignants que le très beau diaporama de Christine Vaufrey a contribué à prolonger. Au coeur de ces transformation de la classe il y a bien, comme le rappelle une participante, "la pédagogie, les méthodologies, les pratiques de classe" et c’est dans ce sens que Christine Vaufrey a choisi de développer son propos.

La présentation de Christine VAUFREYPDF

puce Des lieux d’apprentissage pour les langues

Atelier animé par Christine VAUFREY : "Idéal ou réaliste, imaginez un nouvel espace d’apprentissage".

Avec cette atelier on part des fondamentaux : quelles activités d’apprentissage envisage-t-on dans le cadre des cours de français, à quel type d’activité correspond tel espace ?

Plans

Les tâches pour les 8 groupes de participants ont consisté à dresser la liste de toutes les activités que doit supporter un espace collectif d’enseignement / d’apprentissage, à construire une maquette de cet espace et à la légender. Les posters légendés ont été affichés et les membres de chaque groupe se sont relayés auprès de leur poster pour expliquer ce qu’ils avaient voulu faire aux autres participants.

A regarder de près les maquettes des groupes, on a préféré l’idéal au réalisme. Comme le dit Bruno Devauchelle dans un entretien avec la revue THOT : "N’ayez pas peur de rêver ! Osez expérimenter des voies alternatives d’apprentissage et soyez fiers de le faire !"

Maquette espace

Dans ces classes de rêve, les tables et les chaises glissent sur des roulettes, les cloisons bougent, les fenêtres sont ouvertes, le soleil entre, on entend l’eau couler. On dirait presque un poème de Beaudelaire si la technologie n’y tenait une place discrète mais souveraine (prises intégrées au sol sous des caches, rack à ordinateurs avec prises pour recharger, vidéos projecteurs, wi-fi, portables).

Maquette2

Les productions de l’atelier se sont recoupées sur de grandes aspirations : la mobilité, la multiplication des espaces, l’ouverture vers le dehors, la présence de la nature et de la lumière.

Caractéristiques de ces espaces


Tables et chaises à roulettes

XX

Plusieurs espaces dédiés (travail, détente …) (individuel / collaboratif)

XX

Libre circulation dans la classe (apprenants / enseignant)


Tableaux tout autour de la pièce


Mezzanine

XXX

Prises intégrées au sol sous des caches


Rack à ordinateurs avec prises pour recharger


Plantes vertes

XX

Porte-fenêtre avec accès terrasse

XX

Cloisons amovibles (espace à géométrie variable)

XXX

Salle ronde - dôme - beaucoup de lumière


Espace soleil : centre + espace ouverts « quartiers »


Présence d’eau


Coussins (intérieur – extérieur)


Estrade pour le théâtre, les mises en situation


Salle expérimentale, créativité


Salle « travaux pratiques » : cuisine


2 vidéos projecteurs, pour projeter sur 2 cloisons différentes.


Glace sans tain ! (les étudiants voient le directeur en train de travailler)


Espace « fleur » : octogone central + pétales

XX

Canapés : détente mais aussi travail : conversation, préparations...


Beaucoup de lumière, baies vitrées... Travail sans stress


Espace « silence » + espaces « bruyants »


Transition entre espace classe et extérieur, avec exposition des productions des apprenants accessible au public


Ordinateurs portables plutôt que fixes


Wifi Connexion internet




Deutsche Fotothek‎ [CC-BY-SA-3.0-de], via Wikimedia Commons

Comment casser les cloisons de toutes sortes (entre les classes, entre le centre de ressources et les classes), changer l’organisation des cours pour que l’apprentissage soit moins formel ? Ce qui est frappant dans ces maquettes, c’est la transparence totale des individus (enseignants et étudiants) aux autres et au groupe. Aucun petit coin sombre et retiré dans ces espaces, aucune place pour l’intime comme si l’apprentissage d’aujourd’hui induisait la visibilité, la connnexion et la disponibilité totale de chacun aux autres. Au sein d’un centre de ressources, personne n’a rêvé d’une bulle ou d’une cabane pour laisser murir ses idées et ses acquisitions ? La glace sans tain (les étudiants voient le directeur en train de travailler) évoquée avec malice par un groupe de participants est une image qui flirte avec l’idée de contrôle et de surveillance, envers de l’ouverture et de la transparence.

Le temps a manqué pour échanger davantage sur ces maquettes et les restituer dans un contexte qui est celui des lieux d’apprentissage des langues de manière générale, ces lieux étant eux-mêmes extrêmement variés (des Allliances françaises de France d’Italie, d’Espagne, des instituts, mais aussi des GRETA, des médiathèques, des universités, ou de très petits centres).

puce Comment le numérique transforme les lieux de savoir
Intervention de Bruno DEVAUCHELLE, formateur chercheur au CEPEC ( Centre d’Etudes Pédagogiques pour l’Expérimentation et le Conseil) de Lyon et Président du Café pédagogique. Bruno DEVAUCHELLE s’intéresse depuis longtemps à la question de l’intégration des TIC dans l’enseignement, la formation et l’éducation et vient de sortir un essai
" Comment le numérique transforme les lieux de savoir" dont il nous a présenté les grandes lignes.

Comment le numérique trnasforme les lieux de savoir

L’infiltration de la technologie dans nos espaces quotidiens, personnels et professionnels transforme notre rapport au monde. Les institutions du Savoir comme les musées, les bibliothèques, les universités sont fortement ébranlées et le monde scolaire reste tiraillé entre conservation et transmission. Pour Bruno DEVAUCHELLE il est nécessaire de reconstruire les dispositifs d’accompagnement dans l’accès aux savoirs, et dans la construction des connaissances. Les maîtres mots : autodidaxie, auto-direction, apprentissage expérientiel, collaboration, auto-évaluation, motivation, volition.

Mots_Devauchelle

La présentation de Bruno DEVAUCHELLE PDF

Le Blog de Bruno Devauchelle : Veille et Analyse TICE

puce Le Nouveau PASS>FLE : un outil pédagogique au service des centres de FLE
Présenté par Maryon BARTKOWIAK.

Cette présentation de la plateforme en ligne CyberTeachers, proposée au titre du nouveauPASS>FLEet bien connue dans le secteur de la formation en entreprises, pour la langue anglaise notamment, a mis en lumière les atouts propres à cette offre de la société Telelangue : des outils de mémorisation du vocabulaire performants, des leçons "Flash" envoyées quotidiennement par messagerie, des possibilités d’ajout de textes issus de la presse... mais a permis aussi de pointer les limites inhérentes à ce type de support, qui en font un complément à toute formation en présentiel.

Merci à Thomas VAILLANT, étudiant de master 2 FLE à Montpellier 3 et stagiaire à l’Agence de promotion du FLE pour son aide dans la préparation et le déroulement de cette journée.

Publié le 21 mai 2012
Fermer
plus d'info

La piste des représentations

Est-ce que montrer ce qui marche, mettre en avant les expériences réussies dans les conduites de cours suffit vraiment à vaincre les réticences vis à vis d’internet ? L’enthousiasme que tous les (...)

Est-ce que montrer ce qui marche, mettre en avant les expériences réussies dans les conduites de cours suffit vraiment à vaincre les réticences vis à vis d’internet ? L’enthousiasme que tous les formateurs TICE et les professeurs “technophiles” partagent n’est pas forcément contagieux et au bout du compte, chacun, dans une certaine mesure, reste maître de la façon d’organiser ses cours, et c’est heureux !

Un certain blocage par rapport à ce qui est « technique » perdure chez certains profs de langues qui sont souvent issus des “humanités ” : les outils sont toujours des corps étrangers. On ne veut pas regarder comment ça marche, on a un certain mépris pour le bricolage, qui est pourtant l’essence du métier d’enseignant de langues qui prélève, juxtapose, copie, colle, mélange pour animer ses cours.

Et puis il y a cette réticence à montrer ce que l’on fait en cours, soit que l’on a peur, que l’on manque de confiance en soi, soit que l’on préfère garder une certaine intimité dans sa classe qui semble nécessaire à un enseignement serein ( le regard des autres, collègues ou institution, étant perçu comme une pression, ou un contrôle).

Comment faire en sorte que les enseignants prennent plaisir et trouvent naturel de s’aider d’outils numériques pour enseigner ? Comment les inciter à partager davantage leurs idées, à montrer leur créativité, à organiser les échanges à l’air libre ?

Les sécuriser sur leurs compétences

Le journal THOT de la semaine du 6 avril 2011 explorait la piste du développement des compétences technopédagogiques des enseignants par les tests et les certifications : Brevets et certificats TIC : que valent-ils ?

C’est une piste fonctionnelle, modeste, qui ne prend pas en compte les personnes dans leur totalité et c’est son mérite : elle n’agresse pas. Mais c’est aussi une piste un peu normative, qui correspond à une obsession de l’évaluation, et qui paradoxalement réintroduit du behaviorisme à une époque où le constructivisme semble avoir gagné du terrain.

Le C2i enseignant est assez méconnu dans le milieu du FLE, comme j’ai pu m’en rendre compte lors du Forum. Rappelons quand même qu’il va devenir obligatoire en France pour tout futur enseignant dès la prochaine rentrée. Son principal intérêt est de fournir un référentiel de compétences et des ressources d’auto-formation comme le site de formation C2imes.

Le site officiel du C2i propose un autotest bâti sur un référentiel en 9 points et permet de se faire une idée des compétences couvertes. Le C2I Enseignant ne s’adresse pas aux formateurs d’adultes, ni aux formateurs à distance et mériterait à ce titre une adaptation pour les enseignants de centres de langues . Il ne semble pas raisonnable de demander à des enseignants déjà en exercice de se former de cette façon aussi exhaustive et mécaniste. Il y a un chantier intéressant à mon avis sur une adaptation contextualisée et allégée de ce référentiel.

Les faire réfléchir sur leurs postures pédagogiques

Plus intéressant semble la démarche d’un outil néerlandais de positionnement individuel ICT assessment tool, qui lui part des représentations qu’ont les enseignants de leur pratiques, des situations de classe dans lesquelles ils se sentent à l’aise et de leurs croyances sur ce qu’est un “bon enseignement”. Pour ceux que la lecture en anglais ne rebute pas, l’expérience de ce test d’auto-évaluation est très “instructive”, si ce vieux terme ne vous gêne pas ! Cet outil met au premier plan trois postures pédagogiques, trois façon de concevoir l’enseignement : le transfert, l’interaction, la construction qui correspondent plus ou moins à la pédagogie traditionnelle transmissive, à la pédagogie communicative et à le pédagogie de projet, constructiviste.

Une réflexion sur la diversité des pratiques amène forcément à la question de savoir si on veut les changer… ou pas. Elle amène surtout à une analyse des contextes qui font que tantôt une approche sera pertinente, tantôt elle sera inadaptée. Il faudrait peut-être cesser de renvoyer systématiquement toute pratique non innovante à une pratique inavouable. Là encore, un certain climat de confiance entre collègues peut aider chacun à tester d’autres voies que celles que l’on connait, à son rythme. En ce sens, la promotion massive des bonnes pratiques avec les TICE, qui hurle fort, qui sature le champ d’informations de l’enseignant, risque d’étouffer dans l’œuf tout questionnement sur le pourquoi et le comment de ce que l’on fait en classe, ici et maintenant.

Retour à Socrates, encore et toujours, du basique : qu’aimez-vous faire dans votre métier ? Qu’est-ce qui vous plait ? Et si tel outil pouvait vous aider à faire tel type d’activité avec vos élèves ou étudiants ?

Publié le 21 mai 2012
Fermer
plus d'info

Le plaisir est-il un moteur des apprentissages ? Samedi 2 juin à Paris

"Si l’ennui et le manque de motivation sont des freins évidents à l’apprentissage, peut-on conclure que le plaisir est nécessairement un moteur des apprentissages ?”. André Tricot, professeur à l’IUFM (...)

"Si l’ennui et le manque de motivation sont des freins évidents à l’apprentissage, peut-on conclure que le plaisir est nécessairement un moteur des apprentissages ?”. André Tricot, professeur à l’IUFM et université Toulouse 2, interviendra sur ce thème samedi 2 juin prochain à Paris, à l’occasion de l’inauguration de la Librairie pédagogique du FLE et de la journée des éditeurs organisée de 9h à 17h avec la participation des Presses universitaires de Grenoble, Editions Maison des Langues, Hachette FLE, CLÉ International, Didier FLE.
> En savoir plus

Publié le 20 mai 2012
Fermer
plus d'info

Librairie pédagogique du FLE : inauguration samedi 2 juin à Paris

Située à Paris au cœur du 13ème arrondissement - 15 rue Boussingault - la Librairie pédagogique du FLE ouvrira ses portes samedi 2 juin. A cette occasion une journée des éditeurs se déroulera de 9h à (...)

Située à Paris au cœur du 13ème arrondissement - 15 rue Boussingault - la Librairie pédagogique du FLE ouvrira ses portes samedi 2 juin. A cette occasion une journée des éditeurs se déroulera de 9h à 17h. Animations et présentations en relation avec l’actualité éditoriale du FLE se succéderont tout au long de la journée avec le concours des éditeurs : CLÉ International - Didier FLE - Editions Maison des Langues - Hachette FLE - Presses Universitaires de Grenoble. Cette journée sera également marquée par une intervention d’André Tricot, professeur à l’IUFM - université Toulouse 2, sur le thème : Le plaisir est-il le moteur des apprentissages ?.

> En savoir plus

Publié le 19 mai 2012
Fermer
plus d'info

Avril 2010 : e-learning

Merci à Corentin Biette (Nomino) pour les photos. Retour sur la journée du 19 mars du Forum pédagogique sur le e-learning organisé à l’Alliance française de Paris FLE et e-learning : petit tour (...)

Merci à Corentin Biette (Nomino) pour les photos.

Retour sur la journée du 19 mars du Forum pédagogique sur le e-learning organisé à l’Alliance française de Paris

Pistes FLE et e-learning : petit tour d’horizon des outils, des pratiques... et des questions Elearning

Des notions un peu confuses, une profusion de concepts..

configurations Différents modèles et de multiples configurations informel Vers l’apprentissage informel
cible Centres de FLE et e-learning quel intérêt ? Quels moyens ? Quelle stratégie ? BREVE Les brèves de la fin


FLE et e-learning : petit tour d’horizon des outils, des pratiques... et des questions

Cela fait quelques années déjà que l’on parle de e-learning, ce mot nous est devenu familier, à tel point qu’on ne l’interroge plus et qu’il recouvre une pratique en creux, en fait tout se qui ne s’enseigne et ne s’apprend pas « en face à face ». C’est bien le mérite de cette première journée d’avoir entrouvert la boite à secrets et mis à jour l’écheveau de représentations et de pratiques des uns et des autres, participants et intervenants confondus.

Les résultats du questionnaire en ligne ont permis de dégager quelques constantes autour d’une cinquantaine de centres et de leurs solutions. Les premières questions portant sur les outils et les pratiques numériques en classe ou à distance nous apprennent que la moitié des centres proposent des activités d’apprentissage en ligne et que ces activités sélectionnées sur internet sont plutôt accessibles en centre de ressources avec une sélection des ressources et des parcours élaborés par chaque équipe pédagogique. Plus rares sont les centres qui font appel à des produits d’éditeurs, de type « Tell me More », et si c’est le cas, plus souvent en accompagnant l’étudiant (tuteur ou enseignant) qu’en lui proposant une totale autonomie.

Les enseignants et leurs façons de travailler

Sans surprise, on constate que les enseignants commencent à intégrer véritablement les TICE dans la classe, dans les salles multimédia plus couramment, même si des outils essentiels comme le vidéoprojecteur voire le TBI restent encore peu répandus ou réservés à une minorité d’enseignants, en tous cas dans les petits centres.

Les « clients » et leurs demandes

La demande de formation à distance du public d’adultes étrangers qui vient pour du « face à face » n’est pas significative, comme on peut s’en douter, mais elle répond dans son ensemble aux évolutions générales vers plus d’individualisation et d’autonomie dans la formation. Lorsqu’il est souhaitable de réduire les contraintes temporelles (pour les filles au pair ou les professionnels ), de donner plus à ceux qui le demandent ou d’introduire d’autres interlocuteurs que le professeur, c’est évidemment une des solutions en complément aux cours en présentiel. Toutes les formules sont possibles dans la formation mixte : avant, pendant et après stage et aucune n’a la préférence des centres.

Les attentes et les priorités des centres

Il est clair que les centres sont actuellement en forte demande d’informations, de récit d’expériences et de conseils sur les stratégies à adopter en matière de formation à distance et qu’ils veulent se donner le temps d’une réflexion avant de se lancer dans des investissements.

Des notions un peu confuses et une profusion de concepts et de « nouveautés » qui donnent le vertige

Il faut avouer que parler de e-learning, c’est se lancer dans un manège en mouvement qui trouble les notions bien établies de la formation en ligne, telles qu’elles étaient définies dans le cadre de COMPETICE il y a quelques années.

COMPETICE

Ces distinctions, parfois spécieuses, ont-elles encore cours aujourd’hui, alors qu’une certaine vision industrielle de l’auto-apprentissage s’épuise et que les technologies se fondent dans nos vies quotidiennes ? Après la formation à distance ("distance learning"), voilà que nous entrons dans les formations mixtes ou hybrides (le "blended learning" ) et dans l’enseignement et l’apprentissage intégrés (l’"integrated learning").

Les définitions, et surtout les pratiques dépendent très largement des contextes éducatifs, des secteurs, privés ou publics.

Elearning

Formation à distance et e-learning

On oppose quelquefois ces deux termes en précisant que le e-learning appartiendrait davantage au monde de l’entreprise qu’à celui des systèmes d’éducation publique, on répugne à utiliser ce terme anglais au nom de la défense de la langue française mais le fait est que les usages entraînent vers le second terme, et que les universités françaises elles-mêmes emboîtent le pas.

La formation à distance se définit comme un système structuré, incluant une progression et cette logique plus ou moins linéaire est mise à mal dans les notions de "rapid-learning" ou du "micro-learning".
En gros, le "rapid -learning" est la transposition d’un contenu de cours en format flash (dans le pire des cas, un texte et des questions en PDF, dans le meilleur un podcast et des activités en format PDF, ou un diaporama) sans forcément que cette "capsule", ce "grain" d’apprentissage soit inclus dans une progression pédagogique et dans un scénario (le scénario c’est ce qui différencie une ressource d’un dispositif).
C’est le moyen de créer un contenu d’apprentissage rapidement et sans investissement financier et cela permet souvent aux "petits" centres de prendre en charge l’organisation de leurs cours à distance et de créer leur propre contenu.

Ce qu’on appelle «  micro-learning  » est une notion plus intéressante est très bien expliquée par Frédéric Soussin : « C’est une hypothèse, qu’on vérifie tous les jours, c’est que pour apprendre il faut apprendre par petits bouts, parce que comme ça on peut appliquer rapidement et que tout ce qu’on apprend, on l’apprend par petits bouts, en glanant des informations, en rencontrant des gens... Quand on fait le bilan de tout ce qu’on appris, on se rend compte que l’on a plus appris par les autres que par les maîtres, plus de choses par des petits apports que par de grands apports. »

Un véritable dispositif de formation à distance nécessite une ingénierie pédagogique, une scénarisation, puis une médiatisation. Si on veut pouvoir proposer aux étudiants plus d’interactivité au lieu de simples QCM, il faut travailler par exemple sur des rétroactions (ou "feedbacks" pour continuer avec l’anglais !) plus détaillées qui constituent une véritable évaluation formative. Il faut également concevoir des interactions avec des outils dont la mise en oeuvre est plus complexe (forums, visioconférences, annotations personnelles sur des vidéos, wikis, blogs), ceci par l’intermédiaire d’une plate-forme qui va garder les traces des apprentissages et évaluer auusi bien en amont (tests de positionnement) qu’en aval.

Différentes expériences et de multiples configurations

On s’aperçoit cependant que toutes ces modalités de travail avec le numérique ne sont là, en France en tous cas, que pour renforcer le noyau dur de la relation entre l’étudiant et le centre qui va proposer, en plus de ses offres d’immersion dans la culture française, différents degrés d’accompagnement en ligne, du complément au cours jusqu’à des formules en autonomie. Chaque centre a ses approches, guidées par son histoire, la culture éducative de ses enseignants, les expériences collaboratives ou non de ses équipes pédagogiques.

Le marché des centres de langues en France est atomisé, difficile à cerner et ses offres de formation très variées, dont certaines d’ailleurs ne sont pas basées en France. Les grands éditeurs de e-learning comme Auralog ou Digital publishing, ont peu à peu abandonné les programmes proposés sur cédéroms, en formule non-tutoré qui ne fonctionnaient pas et se sont convertis aux formations mixtes en proposant des classes virtuelles, de l’accompagnement par webcam. Les sociétés d’enseignement par téléphone et visioconférence comme Télélangue, qui ont le vent en poupe, se sont mises à la formation mixte et créent leurs propres contenus e-learning.

Pour donner une idée de ce qui sera bientôt disponible en FLE dans ce type de produits, voici une démo d’un produit Softissimo : Infolangue, conçu comme un complément d’activités de compréhension orale.

Les éditeurs classiques dans le FLE opèrent des mutations plus lentes et sont encore peu présents sur ce marché : nous en parlerons dans un prochain dossier du cartable connecté.

On le devine, à moyen terme, la concurrence risque d’être rude pour les centres des pays francophones poposant le "face à face" de façon exclusive, à moins d’être spécialisés dans le « présentiel à forte valeur ajoutée » avec des formules haut de gamme pour des publics aisés. Le e-learning est de ce point de vue une évolution incontournable.

L’Institut français de Madrid

L’Institut français de Madrid propose une formule "tout à distance" et une formule mixte. Le cours de e-learning pur comprend de 50 à 60 heures de formation réparties sur 14 semaines, avec un tuteur et un entretien oral hebdomadaire de 45 min par téléphone.

Click on learn
L’Alliance française de Madras en Inde a elle aussi évolué de ressources pédagogiques élaborées en interne vers un produit de e-learning actuellement sur le marché.

@LTER (ISLV) de Liège

Audrey Thonard , responsable des enseignements et Formations Télématiques a rendu compte de l’expérience de l’Institut supérieur des langues vivantes de l’université de Liège qui a débuté il y a 5 ans par une phase expérimentale avec « Tell me more » suivie d’une enquête de satisfaction et d’analyses d’experts qui amènent à renoncer à l’auto-apprentissage total pour évoluer vers de l’enseignement mixte. De 2006 à 2007, les propres cours de l’institut ont été développés selon trois formules de formation mixte qui, après avoir été testés, ont abouti en 2008 à un constat d’échec. En 2009, l’Institut fait le choix de dissocier le présentiel et le distant, en y ajoutant des outils vocaux pour la communication synchrone et asynchrone) et en 2010, le nouveau dispositif créé, @lter, propose quatre niveaux d’apprentissage (Basic, Quick, Plus et Pro) dans lesquels l’évaluation formative joue un rôle clé.
@LTER : Les contenus et le concept

Partenariat avec le CNED
Le Cned propose depuis l’année dernière trois formules pour la préparation en ligne du Delf et du Dalf. Les apprenants peuvent ainsi, grâce à un Test en ligne accessible gratuitement, choisir le parcours le plus adapté à leur niveau : 30h00, 60h00 ou 90h00 de formation leur sont proposées. Ces dispositifs peuvent répondre à des besoins des centres de FLE comme compléments des cours en présentiel et ainsi leur permettre de proposer des parcours hybrides où les cours traditionnels en présence sont accompagnés de formations spécifiques à distance. Un partenariat avec le Cned peut être envisagé pour déléguer le tutorat localement aux centres intéressés ou pour procéder à des inscriptions groupées.
La préparation en ligne du DELF, DALF et DILF pourrait répondre à des besoins du public des centres de FLE et il est possible de négocier avec le CNED un partenariat avec des tuteurs locaux.
Préparer le DELF et le DALF
Préparer le DILF

L’Alliance française de Paris

L’Alliance française ne s’est pas encore lancée dans des offres de formation à distance et pour l’instant se contente de développer et de mettre en valeur son centre de ressources pédagogiques dont la richesse est bien connue. Les ressources numériques sont bien entendues fortement utilisées, les tableaux blancs interactifs sont en voie de déploiement.
Flore BENARD, Responsable du Centre de Ressources Multimédia de l’Alliance française Paris Ile‐de‐France a présenté, lors de cette première journéedu Forum, un dispositif en ligne centré sur la phonétique qui offre les fonctionnalités du laboratoire de langues. La facilité d’accès de cet outil permet aux enseignants d’apprivoiser la conception de séquences pédagogiques en ligne et de préparer le terrain pour d’éventuels projets de plus grande ampleur.

Les méthodes modulaires  : quelques exemples

Tell me more
Dans le domaine du FLE, « Tell me more » a assurément un certain succès depuis de nombreuses années. Il peut être utilisé de trois manières : en complément à un cours de langue, en accès libre guidé (avec un tuteur en centre de ressources ou à distance, ou en auto-apprentissage complet. Le plus souvent il est proposé en centre de ressources comme un produit d’auto-apprentissage classique mais quelques enseignants l’intègrent à leurs cours, à l’instar de cette enseignante québécoise qui trouve de l’intérêt à cette méthode.

Capturator
Des contenus pour le FLE, assez limités pour l’instant, sont proposés par cet éditeur multilingue mais le programme prévoit des interventions de tutorat à distance et des interventions en salle virtuelle. Le centre peut choisir, à chaque fois, les services à gérer en interne ou en sous-traitance.

Rosetta Stone
Pour les débutants, cette méthode déjà ancienne connait un certain regain avec une formule en ligne.

Supersite Promenade
L’une des nombreuses méthodes ayant basculé en ligne.

Les services de tutorat en ligne, les cours particuliers

Un autre type d’offre commence à se multiplier : les cours entièrement en ligne sur une plate-forme de type Moodle qui donne accès au cours et aux forums, à une correction personnelle, à des évaluations, à des séances par webcam.

Clip Class
Lingueo
Teachme
Avatar Languages : lLa plate-forme utilise des outils comme Skype, Google Docs ou Second Life et des applications avec les mobiles sont annoncées.

Mobilelearning

On parle de « Live e-learning » ou d’« apprentissage en temps réel » dans ces situations où les apprenants dispersés aux quatre coins d’un pays ou du monde, participent à des séances collectives d’apprentissage dirigées par un professeur.

Les modules spécialisés

Agora FLE est un un scénario d’apprentissage mettant les utilisateurs en situation de traiter l’information orale et de produire une note de synthèse en langue étrangère. C’est l’’adaptation ( par Martine EISENBEIS et Annick Rivens de l’université de Lille 3 ) pour le FLE d’un produit initialement conçu pour l’anglais, « Virtual Cabinet », par Nicolas Guichon de l’université Lumière Lyon 2 .Réalisation brillante, techniquement aboutie, Agora FLE part d’une conception pédagogique actionnelle et reste pour l’instant réservée aux étudiants de Lille 3.

FILIPE
Le programme de e-learning FILIPE comprend 14 modules d’une durée moyenne de 20 h de travail, sous forme d’exposés oraux et d’exercices interactifs, préparant les étudiants étrangers à poursuivre des études d’ingénieur en France. Les modules peuvent être consultés et téléchargés librement et une documentation pédagogique est mise à disposition des enseignants de FLE ainsi que des Kits tutorat (sur demande). Nous avons eu l’occasion lors du précédent forum à Angers d’accueillir l’équipe de FILIPE et de dire combien nous apprécions le travail d’Estelle Dutto et de Franck Meunier. Présentation video

PADEN
PADEN est une formation en ligne en Français sur Objectifs Universitaires destinée aux futurs étudiants non-francophones en écoles d’ingénieurs françaises. PADEN les prépare aux méthodes de travail et leur permet d’acquérir des stratégies d’adaptation interculturelles pour suivre leurs études en France. Cette formation s’appuie sur des documents authentiques (polycopiés, cours magistraux, présentations orales, travaux en groupe…) et des activités interactives avec autocorrection ou travail collaboratif. La formation sera prochainement et partiellement en accès libre (fin 2010).

Vers l’apprentissage informel

UBIQUE

Sous la poussée des nouveaux outils du web 2.0, on assiste aujourd’hui à un réaménagement des dispositifs disponibles sur le marché. Les cédéroms de langues, les produits fermés en général perdent du terrain. Il faut évoluer vite, il faut suivre le mouvement d’actualisation permanente des ressources et on ne peut plus laisser les étudiants face à un produit fermé en auto-apprentissage. On doit les mettre en relation avec les autres, en classe mais aussi à distance.

Les réseaux sociaux (Facebook mais aussi Ning), les communautés d’apprentissage ( Live-Mocha, Ling, Babbel) commencent à être utilisés ainsi que des outils de partage (Googledocs, youtube, Slide-share, blogs, wikis, podcasts...).

L’avenir est aux solutions qui offrent une grande souplesse, une facilité d’accès pour laisser la main aux professeurs tout en apportant des fonctionnalités de partage qui sont indispensables et de traçabilité , indispensables pour l’étudiant, pour le prof et pour l’institution ou le centre.

Centres de FLE et e-learning : quel intérêt ? Quels moyens ? Quelle stratégie ?

Christine Vaufrey, rédactrice en chef de la revue de formation à distance THOT a apporté aux participants une précieuse contribution en qualité de consultante dans l’accompagnement de centres de formation vers la formation ouverte et à distance mais aussi son expérience de formatrice d’adultes.

Elle a éclairé avec beaucoup de pertinence les enjeux d’un passage vers le e-learning.
Un certain nombres de questions préalables à tout projet dans le domaine spécifique du FLE ont été posées :
- Pour quels dispositifs investir ?
- Pour quels publics investir ?
- Sur quelles ressources matérielles et humaines s’appuyer ?
Elle a clairement abordé les questions matérielles et financières liées à l’intégration du e-learning :
- Que faites-vous payer ?
- Qui paie ?
Elle n’a pas négligé la question importante de la formation et de la rémunération des enseignants et a rappelé avec force que l’approche pédagogique est plus importante que la technologie.

Elle a su ainsi faire partager à l’ensemble des participants sa confiance dans les valeurs d’échange et de collaboration et son approche pragmatique de ces questions.

Le diaporama de son intervention ainsi que les liens mentionnés sont disponibles en accès réservé (sur simple demande adressée à info@fle.fr pour tous les participants au Forum.
Suite au succès de cette première journée du Forum pédagogique des centres de FLE 2010, des ressources et des supports d’accompagnement susceptibles d’aider les centres de FLE à intégrer le e-learning dans leur dispositif pédagogique et leur offre de formation, seront mis en ligne au fil des mois sur le Cartable connecté.

Les deux prochaines journées du Forum se dérouleront vendredi 15 et samedi 16 octobre à l’Alliance Française Paris Ile de France. Contact et informations complémentaires : info@fle.fr

ligne

Et quelques idées pour la classe, tantôt légères, tantôt sérieuses, pour la fin :

Un poissson d’avril savoureux :
Trois solutions de pigeons voyageurs s’offrent à vous : classique, confort et expert

Ceux, celles qui ont la rage
http://vimeo.com/3281656
L’occasion de s’exercer sur les démonstratifs.

Twitter : quand les garçons créent des poèmes sur les filles que les filles tatouent sur leurs corps.
Non, ce n’est pas une émission "Trash", on est bien sur le site très sérieux de l’Education nationale, Eduscol, et l’expérience multidisciplinaire ( français, arts appliqués et éducation aux médias ) est radicale mais assez réussie !
Utiliser le micro-blogging en classe, un exemple en lycée professionnel

Publié le 18 mai 2012
Fermer
plus d'info

La place des enseignants dans les dispositifs en ligne : 6 avril 2011

Le ciel se dégage, les températures montent, les chaises du jardin du Luxembourg juste à côté s’éparpillent au soleil ... et l’auditorium de l’Alliance française reçoit une presque centaine de personnes, (...)

FORUM FLE.fr

Titre1

Le ciel se dégage, les températures montent, les chaises du jardin du Luxembourg juste à côté s’éparpillent au soleil ... et l’auditorium de l’Alliance française reçoit une presque centaine de personnes, venues de France et de l’étranger pour échanger sur l’avenir des formations en ligne dans le domaine du français langue étrangère. « Rien de mieux à faire au printemps que de s’enfermer pour redire les éternelles mêmes choses sur la révolution des TICE ? » ironiseront certains. N’a-t-on pas déjà bien circonscrit le domaine, défini et discuté les atouts et les limites des différents outils, ne faut-il pas passer à d’autres sujets et laisser tranquillement les « digitals migrants » vieillir avec leur tableau blanc et leurs papiers, et la génération des natifs s’emparer doucement des réseaux sociaux pour changer peu à peu les pratiques, ouvrir les classes ?

C’est que ce n’est pas si simple, et tant pis pour le soleil qui brille au dehors : la variété des contextes d’enseignement dans l’assemblée suffit à donner envie de reposer les questions classiques, de s’attarder un peu sur les réponses et de croiser les témoignages des intervenants qui ont déjà expérimenté soit dans des centres privés, soit à l’université des dispositifs de formation mixte ou totalement à distance.

SOUSTITRE

Questionnaire

Les retours du questionnaire en ligne présentés en début de matinée ont dégagé sans grande surprise deux grandes tendances dans les modalités de formation en ligne pour les centres : une tendance bien ancrée de mise en ligne de ressources pédagogiques libres en complément des cours en face à face, très ouverte, et une tendance plus fermée pour le choix d’une plate-forme ( la voie des produits d’auto-apprentissage « clés en main » semblant en nette régression, du moins dans les réponses que nous avons obtenues ). Ce qui domine toutefois, et ce qui semble recherché, c’est le mélange des formules :

melange

Parmi les freins au passage à des formules mixtes, on trouve en premier lieu le manque de formation des enseignants et le manque de culture de partage dans l’entreprise, après la question des moyens pour investir dans une plate-forme et sa maintenance.

Voilà pour le public de participants, extrêmement divers, qui compte des responsables ou enseignants de centres qui n’ont pas l’intention de rentrer dans une démarche de e-learning dans l’immédiat, comme des centres qui ont déjà des dispositifs en ligne très avancés.

Titre2

La séance de deux heures trente animée par Christine VAUFREY, rédactrice en chef de la revue THOT Cursus a ménagé quatre temps d’échanges au sein de sa présentation très dense autour de ces étapes : une étape de rappel des modalités de formation intégrant des activités médiatisées à distance, une étape de réflexion sur les tâches de l’enseignant dans un dispositif hybride, une autre sur le temps de travail des enseignants et une dernière, très attendue sur les barèmes de rémunération.
Voici sa présentation en carte mentale à explorer minutieusement : elle contient des liens vers des ressources extrêmement précieuses. Elle parviendra à convaincre, nous l’espérons, ceux qui n’étaient pas présents que l’enseignant a tout à gagner dans le passage à de nouvelles façons d’enseigner : il ne perd pas le contrôle de la formation, il ne perd pas davantage de temps s’il sait bien équilibrer et répartir les différentes tâches de son métier.

Quels rôles pour l’enseignant dans les dispositifs hybrides de formation ?

Parmi les nombreuses pistes que donne Christine VAUFREY, celle de l’évaluation. On notera la question « Faut-il tout évaluer ? » qui peut effectivement interroger les pratiques assez prégnantes des centres de FLE autour des certifications et des grilles de compétences du cadre. Au souci de livrer des certificats de compétences standardisés s’oppose celui d’accompagner et de construire un processus d’apprentissage (beaucoup plus proche de l’objectif de toute formation à distance, qui est l’accroissement de l’autonomie de l’apprenant, comme elle le rappelle). Elle rejoint par là l’approche de Martine EISENBEIS de l’université de Lille 3, ainsi que le remarquable travail de coproduction de cette même université en lien avec le centre de Ressources en Langues : Apprendre à apprendre. Nous reviendrons sur ce document dans le blog du cartable connecté.

T3

encoche Son diaporama en ligne
Alix CREUZÉ, Responsable du secteur innovation pédagogique et multimédia à l’ Institut Français de Madrid a présenté les dispositifs à distance de Institut Français de Madrid (compléments de cours, sites web, cours et formations à distance) et a détaillé les motifs de leur mise en place, pour l’institution, pour les apprenants et pour les professeurs. Il est manifeste que ces projets ont favorisé une progression des compétences, ont permis de nouvelles perspectives de travail en équipe, et finalement par un réinvestissement des ressources crées en commun ont fait gagner du temps aux professeurs. Elle a donné l’exemple du site « Vivre en Aquitaine » qui a évolué vers une collaboration européenne et un projet « 4 profs, 4 pays ». Elle a ensuite montré le dispositif « Mon cours à distance » en expliquant sa genèse et en donnant un exemple de leçon. Elle a également évoqué les outils utilisés pour interagir à distance (écrit, oral) et expliqué comment se déroulait la formation des tuteurs à l’Institut. Une discussion avec la salle a soulevé les difficultés, les contraintes, les paradoxes de l’enseignement / apprentissage en ligne.

T4

encoche Son diaporama en ligne
Martine EISENBEIS, de l’ Université Lille 3, a quant à elle présenté une autre approche : celle des dispositifs hybrides mis en place à l’université de Lille 3, en relation avec les tâches et le statut de l’enseignant dans le travail de conception de ressources et du suivi de l’auto-apprentissage. Elle a longuement insisté sur la double nécessité d’accompagner les apprentissages et d’enseigner l’autonomie aux étudiants : « On évalue un processus plutôt qu’un niveau en langues ».
Les ressources de Lille 3
L’Auberge, Actufle, Capuniv et Agorafle.
Le centre de ressources en langues de Lille 3
Apprendre à apprendre
Les rallyes du master FLE Lille 3


T5

Marie HÉDIARD, Responsable pédagogique a présenté un produit d’auto-apprentissage que les enseignants peuvent s’approprier pour en faire un outil d’accompagnement et dont les fondements didactiques sont assez solides.
encoche Son diaporama en ligne

T6

- Lucas PRUET, enseignant à l’Alliance française de Paris a présenté la partie multimédia du blog des enseignants en partenariat avec la revue "Le français dans le monde" et les résultats du sondage Vous et internet. Les résultats feront l’objet d’une reprise dans un prochain billet publié sur le Blog sur FDLM. Indicateur partiel de pratiques pédagogiques liées aux outils du Web, il sera l’occasion de s’interroger et de proposer des pistes d’usages d’internet avec la classe.

- J’ai enfin présenté une table-ronde virtuelle "Formation TICE . Qu’en pensent les formateurs ?".
J’ai posé trois questions sur l’évolution des compétences et des usages à 5 formateurs d’enseignants de FLE expérimentés ainsi qu’à Christine Vaufrey :

Formation TICE

La discussion sur typewith.me, vous le verrez, est très stimulante.

Mon diaporama en ligne en reprend les grandes lignes.

David CORDINA est aujourd’hui directeur pédagogique à l’Alliance française de Bombay (Mumbai). La plate-forme Ning qu’il a créée en 2008 à Lille 1, Foreigners in Lille est un modèle du genre. Je l’interrogeais pour THOT en janvier 2011 sur ses activités : David Cordina, le formateur multitâches au pays des avatars de Vishnu.
Elodie RESSOUCHES a longtemps été la rédactrice rigoureuse et imaginative des fiches pratiques du site Franc-parler.org tout en étant formatrice en France et à l’étranger. Elle se consacre désormais à des activités de formation en indépendante avec Formationfle.fr.
Elisabeth LOUVEAU est l’auteur avec François MANGENOT du grand classique "Internet dans la classe de FLE" et assure de nombreuses missions à l’étranger depuis plusieurs années.
Isabelle BARRIERE est responsable multimédia au CAVILAM, formatrice et conceptrice en formation à distance. Elle a crée et longtemps administré le site collaboratif EDUFLE.net.
Thomas LAIGLE est aujourd’hui attaché de coopération pour le français à l’ambassade de France en Pologne et anime le nouveau site Franculski.fr, après avoir été spécialiste TICE au CIEP. Son blog, "Réseau pensant" est un excellent outil de formation.

C’est à la fois à l’institution de veiller à ce que ses effets d’annonce sur le passage aux formations hybrides soient suivis de véritables mesures qui reconnaissent aux enseignants la valeur de leurs tâches, et aux enseignants de se prendre en main sans attendre que la formation leur soit livrée clés en mains. Les ressources pour apprivoiser les TICE sont abondantes pour qui veut les exploiter, et les passeurs et facilitateurs ne manquent pas, que ce soit du côté technique ou du côté pédagogique.

Pour faire en sorte que désir de formation et culture du partage se développent de concert, il ya plusieurs pistes : celle qu’emprunte le journal THOT cette semaine s’appuie sur le développement des compétences technopédagogiques des enseignants, et les acteurs du FLE ont beaucoup à apprendre des approches canadiennes : Brevets et certificats TIC : que valent-ils ?

Publié le 18 mai 2012
Fermer
plus d'info
| 1 | ... | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 |