Apprendre le français en France

L’actualité du FLE et du français dans le monde

Le fil de l'actualité

Formations Co-alternatives en juin

Au programme des formations organisées par Co-Alternatives en juin : > Méthodologie de l’oral : lundi 3 et lundi 17 - avec travaux d’intersession. > Gérer l’hétérogénéité en formation : (...)

Au programme des formations organisées par Co-Alternatives en juin :

> Méthodologie de l’oral : lundi 3 et lundi 17 - avec travaux d’intersession.

> Gérer l’hétérogénéité en formation : mercredi 19

Les formations Co-alternatives s’adressent tout particulièrement aux salariés et bénévoles intervenant sur des dispositifs linguistiques, ainsi qu’aux responsables de structures associatives intervenant auprès des adultes migrants.

En savoir plus et s’inscrire

Publié le 16 mai 2013
Fermer
En savoir plus

Institut Français du Japon > Inscriptions au DUFLE ... jusqu’au 25 mai

Proposé depuis 2008 par l’ambassade de France à Tokyo, l’Institut Français du Japon et l’Université du Maine le DUFLE offre une équivalence avec la licence FLE et permet l’inscription en master 1 FLE de (...)

Proposé depuis 2008 par l’ambassade de France à Tokyo, l’Institut Français du Japon et l’Université du Maine le DUFLE offre une équivalence avec la licence FLE et permet l’inscription en master 1 FLE de l’université du Maine ou dans toute autre université française.

Ce diplôme permet d’approfondir les connaissances théoriques et les savoir-faire pragmatiques de la didactique et de la méthodologie du FLE au Japon, et d’intégrer la dimension interculturelle dans l’enseignement.

C’est pourquoi le recrutement à ce diplôme vise à une mixité associant candidats locuteurs natifs francophones et Japonais maîtrisant la langue française (niveau C1 exigé).

Le DUFLE s’adresse ainsi à tous types de professeurs enseignant ou se destinant à l’enseignement du français au Japon et justifiant d’un niveau d’études supérieures d’au moins deux années. Il s’adresse aussi à toute personne ayant suivi une formation FLE préalable (stage de printemps au Japon, stage en France : BELC, CAVILAM, CLA etc.), disposant d’une première expérience dans le domaine du FLE ou ayant acquis un niveau élevé de connaissances permettant de suivre un cursus approfondi (master ou thèse de doctorat).

Informations pratiques

La formation en présentiel intensive se déroulera du 26 août au 13 septembre 2013 à l’Institut français du Japon - Tokyo.

Elle est organisée sous forme de modules théoriques, méthodologiques, pratiques et interculturels qui prennent en considération les spécificités du public et les contraintes de l’enseignement du français au Japon. Une formation à distance et la rédaction d’un mémoire de recherche viennent compléter cette formation.

En 2013, l’Ambassade de France accordera 2 bourses à des professeurs japonais ayant effectué le stage d’initiation didactique de mars. Cette bourse couvrira les frais d’inscriptions à la formation. Une aide partielle sera en outre accordée pour quelques candidats.

Toute demande à ce sujet est à adresser avant le 14 juin prochain à : maxime.pierre@diplomatie.gouv.fr


Inscription

> ATTENTION : dépôt des candidatures jusqu’au 25 mai !

Contact

Publié le 16 mai 2013
Fermer
En savoir plus

Portails FLE et sites communautaires : Rencontre à Paris samedi 18 mai

Les portails FLE sont-ils passés de mode ? Où partage-t-on les bonnes ressources, les bonnes pratiques aujourd’hui ? Venez en discuter samedi 18 mai avec des créateurs et animateurs de portails et de (...)

Les portails FLE sont-ils passés de mode ? Où partage-t-on les bonnes ressources, les bonnes pratiques aujourd’hui ? Venez en discuter samedi 18 mai avec des créateurs et animateurs de portails et de sites communautaires, dans le cadre des Rendez-vous de l’Ecole communautaire à la Librairie pédagogique du FLE.

En savoir plus

Publié le 13 mai 2013
Fermer
En savoir plus

L’Alliance française de Lyon labellisée Club UNESCO

Première Alliance française au monde à obtenir le label Club UNESCO, l’Alliance française de Lyon a rejoint les 250 Clubs affiliés à la Fédération française des Clubs UNESCO, et près de 3800 Clubs dans le (...)

Première Alliance française au monde à obtenir le label Club UNESCO, l’Alliance française de Lyon a rejoint les 250 Clubs affiliés à la Fédération française des Clubs UNESCO, et près de 3800 Clubs dans le monde.

Cette affiliation permet désormais à l’AF de Lyon de conjuguer les missions de l’Alliance française et celles de l’UNESCO dans sa programmation culturelle et linguistique :

- valorisation et diffusion des expressions culturelles francophones locales et internationales

- promotion du dialogue entre les cultures et les peuples par le maillage international du réseau Alliance française

- promotion d’une culture de paix et des droits de l’Homme par des échanges et des coopérations avec le réseau des Clubs UNESCO.

En savoir plus sur la Fédération Française des Clubs UNESCO

L’Alliance Française de Lyon est partenaire de l’Agence de promotion du FLE.

Publié le 13 mai 2013
Fermer
En savoir plus

Projet Fioraso : nouveau point d’étape

Le quotidien Le Monde daté du 10 mai fait le point sur les débats et polémiques suscités par le projet de loi sur l’enseignement supérieur, attendu au Parlement le 22 mai : La France saborde-t-elle sa (...)

Le quotidien Le Monde daté du 10 mai fait le point sur les débats et polémiques suscités par le projet de loi sur l’enseignement supérieur, attendu au Parlement le 22 mai :

La France saborde-t-elle sa langue au nom de la compétition universitaire internationale ?"

Le projet de loi sur l’enseignement supérieur, attendu au Parlement le 22 mai, n’en finit plus de faire des vagues.

Le texte prévoit de faciliter la mise en place de cours en langue étrangère (donc en anglais). Ainsi, la loi du 4 août 1994 (dite "loi Toubon") sera assouplie par deux nouvelles exceptions au principe général de l’utilisation du français : "pour la mise en oeuvre d’un accord avec une institution étrangère ou internationale, ou dans le cadre d’un programme européen".

La France, cinquième destination des jeunes qui étudient à l’étranger, est attractive dans sa sphère traditionnelle d’influence (Maghreb et Afrique), mais elle est en perte de vitesse. Le gouvernement, aiguillonné par les écoles et les universités, veut attirer les étudiants des puissances montantes : Brésil, Chine, Inde, Indonésie...

L’enjeu est décisif : prendre toute sa part dans la formation des futures élites mondiales et assurer le rayonnement du pays. L’Agence universitaire de la francophonie a beau assurer que des départements de français se développent partout, le gouvernement estime qu’il reste nécessaire de faciliter l’usage de l’anglais en France.

La question "perturbe beaucoup" Thomas Piketty. Professeur à l’Ecole d’économie de Paris, où les cours sont donnés en anglais, il est conscient de l’enjeu  : "Soit on ne les forme pas, et ces étudiants iront chez les Anglo-Saxons. Soit on participe à une économie politique multipolaire et on fait ce qu’il faut pour qu’ils viennent."

"NOUS SOMMES RIDICULES"

"L’Inde compte un milliard d’habitants, dont 60 millions d’informaticiens, mais nous n’accueillons que 3 000 étudiants indiens, déplore Geneviève Fioraso, ministre de l’enseignement supérieur. Nous sommes ridicules."

Dans Le Monde du 8 mai, une tribune signée par de brillants scientifiques (Françoise Barré-Sinoussi, Nobel de médecine, Serge Haroche, Nobel de physique, ou Cédric Villani, médaille Fields...) est venue appuyer son initiative. "Les scientifiques du monde entier utilisent l’anglais pour communiquer", écrivent-ils. Le projet de loi "favorise l’insertion de la France dans le monde en renforçant son attractivité". Mme Fioraso, longtemps bien seule à défendre son texte, peut espérer que ce soutien calmera les esprits qui s’échauffent.

Le 21 mars, dans une déclaration assez rêche, l’Académie française pointait "les dangers d’une mesure qui se présente comme d’application technique, alors qu’en réalité elle favorise une marginalisation de notre langue". Elle demande au Parlement de s’y opposer. "Nous sommes en guerre !", embraye, sabre au clair, Claude Hagège. Le professeur au Collège de France parle de "pulsion d’autodestruction", de "cancer", de "projet suicidaire".

CHARGE VIGOUREUSE

En danger de mort, le français ? Sur France Info, le 31 mars, Michel Serres donne l’alerte. "Une langue vivante, débute le philosophe, académicien et professeur à l’université américaine de Stanford, c’est une langue qui peut tout dire." Sa langue maternelle, le gascon, est morte car, un jour, elle "ne pouvait plus tout dire : polyèdre et ADN, ordinateur et galaxie..."

Ensuite, dit M. Serres, "une langue vivante est un iceberg", dont la partie émergée "est représentée par les mots du langage courant ". L’important, "c’est la partie immergée" : l’ensemble des langages spécialisés. Car "une langue vivante, c’est la somme de ces langues spécialisées, insiste le philosophe. Il suffit qu’une langue vivante perde un ou deux de ces corpus et elle est virtuellement morte." Pour M. Serres, "enseigner en anglais nous ramènerait, par disparition de ces corpus-là, à un pays colonisé dont la langue ne peut plus tout dire".

La charge est vigoureuse. Mais elle n’ébranle pas la ministre, qui appelle au calme. Mme Fioraso assure que seul "1 % des formations à l’université" passerait à l’anglais (dans les grandes écoles, la part se situe entre un quart à un tiers des cours). Ensuite, dit-elle, ce sera "encadré et limité à des enseignements très spécifiques, avec une convention sur le contenu de la formation qui devra justifier de l’intérêt d’enseigner en anglais. Comme je l’ai fait moi-même, le président de la République l’a écrit au Secrétaire perpétuel de l’Académie française. Et Mme Carrère d’Encausse m’a répondu qu’elle était rassurée."

"LEVIER POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA FRANCOPHONIE"

Au reste, les intellectuels qui se sont investis dans cette polémique, dont la France raffole, sont souvent mesurés. "Interdire l’anglais ne serait pas plus raisonnable que de l’imposer", rappelle Thomas Piketty. Là comme ailleurs, tout sera nuances de gris. "Nous sommes obligés de donner la possibilité d’atterrir aux non-francophones, dit-il. La question est : ’Combien de temps doit durer l’atterrissage’ ?"

Opposé au projet, Antoine Compagnon, professeur au Collège de France et à Columbia University, n’est "pas contre une certaine proportion de cours en anglais, pourvu qu’il ne s’agisse pas des cours magistraux ". Axel Kahn, ancien président de l’université Paris-Descartes, est, lui, globalement favorable au texte. Mais il insiste : "Nous devons utiliser le français pour penser le monde actuel et l’avenir. Je suis donc très attaché à ce qu’il demeure la langue unique pour le premier cycle, la licence. En master et en doctorat, en revanche, on doit pouvoir utiliser la langue de communication internationale."

Quoi qu’il en soit, a écrit Mme Fioraso à Mme Carrère d’Encausse, il sera posé comme "condition" que les étudiants étrangers "maîtrisent au moment où ils valideront ces enseignements pour obtenir leur diplôme. Il ne s’agit donc pas d’un renoncement linguistique, mais au contraire d’un levier pour le développement de la francophonie".

(Article pubié sur LeMonde.fr en date du 10 mai)

A lire aussi :

Loi Fioraso : nouvelle bataille d’Hernani

> Editorial du Monde daté du 11 mai

Le Monde.fr a le plaisir d’offrir la lecture de ces articles habituellement réservés aux abonnés du Monde.fr

> Découvrez l’édition abonnés et profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€/mois.

Publié le 11 mai 2013
Fermer
En savoir plus

Assemblée générale de l’AUF > en direct sur internet

La 16ème Assemblée générale de l’Agence universitaire de la Francophonie s’est ouverte ce mardi 7 à São Paulo - Brésil et se tiendra jusqu’à jeudi. Cet événement est retransmis en direct sur internet. (...)

La 16ème Assemblée générale de l’Agence universitaire de la Francophonie s’est ouverte ce mardi 7 à São Paulo - Brésil et se tiendra jusqu’à jeudi. Cet événement est retransmis en direct sur internet.

Cette webdiffusion couvrira la séance d’ouverture, la restitution des ateliers, la remise des prix scientifiques ainsi que la table ronde sur les mobilités, qui portera sur "La circulation internationale des connaissances : mobilités spatiales, mobilités virtuelles, emplois".

Le site de webdiffusion

Consulter le programme complet de l’Assemblée générale de l’AUF

Publié le 6 mai 2013
Fermer
En savoir plus

Cours en anglais à l’université : des "contre" et des "pour"

L’article 2 du projet de loi pour l’enseignement supérieur et la recherche porté par Geneviève Fioraso ministre de l’Enseignement supérieur, visant à élargir la possiblité de dispenser plus de cours en (...)

L’article 2 du projet de loi pour l’enseignement supérieur et la recherche porté par Geneviève Fioraso ministre de l’Enseignement supérieur, visant à élargir la possiblité de dispenser plus de cours en langue étrangère dans l’enseignement supérieur continue d’alimenter controverses et débats.

L’Académie française, le SNESUP ainsi que plusieurs intellectuels, ont d’ores et déjà exprimé leur vive opposition, alors que la Conférence des Présidents d’Université et la Conférence des Grandes Ecoles pensent qu’il faudrait aller plus loin pour attirer plus d’étudiants étrangers.

L’Alliance Athena (CNRS) plaide de son côté pour une modification du champ d’application de la loi Toubon et met fort opportunément l’accent sur la place du FLE dans le processus d’intégration des étudiants internationaux :

"L’Alliance nationale des Sciences humaines et sociales (ATHENA) soutient la proposition du gouvernement ouvrant la possibilité d’enseignements en langue étrangères dans nos grandes écoles et universités (...).

Bien évidemment cette évolution doit s’accompagner d’un renforcement de l’enseignement du français langue étrangère pour les étudiants et chercheurs accueillis dans nos établissements afin qu’elle s’intègre dans une perspective d’augmentation (ou de restauration) de notre influence à l’étranger."

Synthèse des positions et actualité sur Educpros.fr

> "On ne peut pas défendre la francophonie par la peur"

Lire l’entretien accordé par la ministre au NouvelObservateur

Publié le 3 mai 2013
Fermer
En savoir plus

Ecole communautaire : les RDV de mai

C’est un mois de mai bien court pour des échanges mais entre les "ponts à rallonges" l’Ecole Communautaire vous propose deux Rendez-vous, samedi 18 et vendredi 24, et accueille mercredi 22 un atelier (...)

C’est un mois de mai bien court pour des échanges mais entre les "ponts à rallonges" l’Ecole Communautaire vous propose deux Rendez-vous, samedi 18 et vendredi 24, et accueille mercredi 22 un atelier Hachette FLE.

Samedi 18 mai
> Des portails aux sites communautaires : évolution des sites pour les profs de FLE
Rencontre avec des créateurs et animateurs de sites FLE.
De 10h à 14h30.

Mercredi 22 mai
> Enseigner le français langue étrangère et de scolarisation à de jeunes élèves (5-10 ans) : les différentes approches
Formation proposée par Hachette FLE, en collaboration avec la Librairie pédagogique du FLE-Attica, animée par Hugues Denisot et suivie de la présentation de l’ouvrage Les Loustics.
De 9h à 12h.

Vendredi 24 mai
> Des projets pour écrire en français
Atelier animé par Elodie Ressouches.
De 13h30 à 17h30


Samedi 18 mai

> Des portails aux sites communautaires : l’évolution des sites pour les profs de FLE

RENCONTRE de 10h à 14h30, incluant une courte pause pour le déjeuner.

Retour sur l’évolution des sites destinés aux profs de FLE : de l’annuaire ou moteur de recherche au blog, puis aux communautés en ligne ; d’une organisation institutionnelle "top down" à une prise en mains par les intéressés.

Que pensent les auteurs des nouveaux blogs des ressources disponibles sur internet pour les profs ?
En quoi pensent-ils, par leur initiative, répondre à des besoins et lesquels ?
La collaboration et la participation des "usagers" sont-elles si évidentes que ça ?
Quels retours avec la communauté des profs, quelles pistes pour faciliter les échanges ?

Pour cela, nous avons invité des responsables de ressources pédagogiques de sites institutionnels ainsi que de jeunes animateurs de blogs qui nous présenteront leur publication en ligne.

Programme

10h. Accueil et introduction : Une histoire de l’accompagnement des pratiques enseignantes en FLE
Alors que chacun est incité à construire et "bricoler" ses accès au savoir et à la formation professionnelle, qu’en est-il des bouleversements dans la façon d’envisager les portails de ressources à l’heure du Web 2.0 ? Rapide balayage des épisodes précédents et bref aperçu des initiatives récentes.
Martine Dubreucq

10h45. De Franc-parler.org à Francparler-oif.org : 2000-2013
Elodie Ressouches et Julien Cousseau.

11h15. "T’enseignes-tu le FLE ?" ou la volonté de collaboration
Céline Mézange et ses collègues présenteront ce blog, qui n’est pas seulement "un espace individuel de parole parmi tant d’autres dans la blogosphère". Leur but est plutôt d’offrir l’occasion à "un collectif d’enseignants rencontrés au fil des expériences" d’apporter points de vues, bonnes idées et découvertes.

11h45. Discussion avec la salle.

12h. Pause déjeuner

13h30. Les Zexperts à Varsovie : un blog pédagogique pour présenter un savoir-faire
Benoit Villette, Maxime Girard et Ewa Rdzanek présentent leur blog en direct de Varsovie.

14h. Arts du FLE, le site qui associe théorie et pratiques de classe
Sébastien Durietz parle de son podcast en direct de New York.

14h30. Fin de la Rencontre.

Participation gratuite.

Inscription en ligne jusqu’au 15 mai


Mercredi 22 mai

> Enseigner le français langue étrangère et de scolarisation à de jeunes élèves (5-10 ans) : les différentes approches

Formation proposée par Hachette FLE en collaboration avec la Librairie pédagogique du FLE-Attica

ATELIER de 9h à 12h animé par Hugues Denisot et suivi par la présentation de l’ouvrage Les Loustics

Cet atelier permettra aux participants d’appréhender la spécificité de l’enseignement-apprentissage du français langue étrangère et de scolarisation aux jeunes enfants sous l’angle des approches pédagogiques. Seront présentées : les approches holistique, ludique, multisensorielle, discursive, actionnelle et interdisciplinaire ainsi que les stratégies d’apprentissage et la théorie des "intelligences multiples". Chaque approche sera illustrée par des exemples issus des pratiques enseignantes et éditoriales de l’intervenant.

Hugues Denisot est bien connu des formateurs FLE pour son expertise dans l’enseignement précoce des langues. Pour information, cet article du site franc-parler-oif.org écrit avec Catherine Macquart-Martin dresse un rapide inventaire des problèmes rencontrés par les enseignants dans ce domaine.

Hugues Denisot est formateur de formateurs, enseignant de FLE et auteur chez Hachette FLE.

Contact et inscription > Mary-Lisa Trufanow : librairiefle@attica.fr


Vendredi 24 mai

> Des projets pour écrire en français

ATELIER de 13h30 à 17h30, animé par Elodie Ressouches.

Écrire en français, mais à qui, et à quel propos ? Plutôt que de fausses lettres adressées à des amis fictifs, faites rédiger à vos étudiants des textes qui font sens et qui seront lus par de réels destinataires, en plus du professeur. Sites de recettes, forums de voyage, encyclopédies participatives... le web 2.0 ne manque pas d’espaces à investir dans une perspective actionnelle. L’écrit classique, en dehors des écrans, n’est pas en reste : nous l’aborderons aussi dans cet atelier consacré à la création de projets autour de la production écrite.

Inscription en ligne jusqu’au 15 mai

> Frais de participation : 75 € / étudiant : 50€

Les formations organisées par l’École communautaire sont éligibles au titre des financement DIF et OPCA.

Information et contact > martine.dubreucq@fle.fr

L’ÉCOLE COMMUNAUTAIRE À LA LIBRAIRIE PÉDAGOGIQUE DU FLE

Publié le 30 avril 2013
Fermer
En savoir plus

Ecole communautaire : les RDV de mai

C’est un mois de mai bien court pour des échanges mais entre les "ponts à rallonges" l’Ecole Communautaire vous propose deux Rendez-vous, samedi 18 et vendredi 24, et accueille mercredi 22 un atelier (...)

C’est un mois de mai bien court pour des échanges mais entre les "ponts à rallonges" l’Ecole Communautaire vous propose deux Rendez-vous, samedi 18 et vendredi 24, et accueille mercredi 22 un atelier Hachette FLE.

Samedi 18 mai
> Des portails aux sites communautaires : évolution des sites pour les profs de FLE
Rencontre avec des créateurs et animateurs de sites FLE.
De 10h à 14h30.

Mercredi 22 mai
> Enseigner le français langue étrangère et de scolarisation à de jeunes élèves (5-10 ans) : les différentes approches
Formation proposée par Hachette FLE, en collaboration avec la Librairie pédagogique du FLE-Attica, animée par Hugues Denisot et suivie de la présentation de l’ouvrage Les Loustics.
De 9h à 12h.

Vendredi 24 mai
> Des projets pour écrire en français
Atelier animé par Elodie Ressouches.
De 13h30 à 17h30


Samedi 18 mai

> Des portails aux sites communautaires : l’évolution des sites pour les profs de FLE

RENCONTRE de 10h à 14h30, incluant une courte pause pour le déjeuner.

Retour sur l’évolution des sites destinés aux profs de FLE : de l’annuaire ou moteur de recherche au blog, puis aux communautés en ligne ; d’une organisation institutionnelle "top down" à une prise en mains par les intéressés.

Que pensent les auteurs des nouveaux blogs des ressources disponibles sur internet pour les profs ?
En quoi pensent-ils, par leur initiative, répondre à des besoins et lesquels ?
La collaboration et la participation des "usagers" sont-elles si évidentes que ça ?
Quels retours avec la communauté des profs, quelles pistes pour faciliter les échanges ?

Pour cela, nous avons invité des responsables de ressources pédagogiques de sites institutionnels ainsi que de jeunes animateurs de blogs qui nous présenteront leur publication en ligne.

Programme

10h. Accueil et introduction : Une histoire de l’accompagnement des pratiques enseignantes en FLE
Alors que chacun est incité à construire et "bricoler" ses accès au savoir et à la formation professionnelle, qu’en est-il des bouleversements dans la façon d’envisager les portails de ressources à l’heure du Web 2.0 ? Rapide balayage des épisodes précédents et bref aperçu des initiatives récentes.
Martine Dubreucq

10h45. De Franc-parler.org à Francparler-oif.org : 2000-2013
Elodie Ressouches et Julien Cousseau.

11h15. "T’enseignes-tu le FLE ?" ou la volonté de collaboration
Céline Mézange et ses collègues présenteront ce blog, qui n’est pas seulement "un espace individuel de parole parmi tant d’autres dans la blogosphère". Leur but est plutôt d’offrir l’occasion à "un collectif d’enseignants rencontrés au fil des expériences" d’apporter points de vues, bonnes idées et découvertes.

11h45. Discussion avec la salle.

12h. Pause déjeuner

13h30. Les Zexperts à Varsovie : un blog pédagogique pour présenter un savoir-faire
Benoit Villette, Maxime Girard et Ewa Rdzanek présentent leur blog en direct de Varsovie.

14h. Arts du FLE, le site qui associe théorie et pratiques de classe
Sébastien Durietz parle de son podcast en direct de New York.

14h30. Fin de la Rencontre.

Participation gratuite.

Inscription en ligne jusqu’au 15 mai


Mercredi 22 mai

> Enseigner le français langue étrangère et de scolarisation à de jeunes élèves (5-10 ans) : les différentes approches

Formation proposée par Hachette FLE en collaboration avec la Librairie pédagogique du FLE-Attica

ATELIER de 9h à 12h animé par Hugues Denisot et suivi par la présentation de l’ouvrage Les Loustics

Cet atelier permettra aux participants d’appréhender la spécificité de l’enseignement-apprentissage du français langue étrangère et de scolarisation aux jeunes enfants sous l’angle des approches pédagogiques. Seront présentées : les approches holistique, ludique, multisensorielle, discursive, actionnelle et interdisciplinaire ainsi que les stratégies d’apprentissage et la théorie des "intelligences multiples". Chaque approche sera illustrée par des exemples issus des pratiques enseignantes et éditoriales de l’intervenant.

Hugues Denisot est bien connu des formateurs FLE pour son expertise dans l’enseignement précoce des langues. Pour information, cet article du site franc-parler-oif.org écrit avec Catherine Macquart-Martin dresse un rapide inventaire des problèmes rencontrés par les enseignants dans ce domaine.

Hugues Denisot est formateur de formateurs, enseignant de FLE et auteur chez Hachette FLE.

Contact et inscription > Mary-Lisa Trufanow : librairiefle@attica.fr


Vendredi 24 mai

> Des projets pour écrire en français

ATELIER de 13h30 à 17h30, animé par Elodie Ressouches.

Écrire en français, mais à qui, et à quel propos ? Plutôt que de fausses lettres adressées à des amis fictifs, faites rédiger à vos étudiants des textes qui font sens et qui seront lus par de réels destinataires, en plus du professeur. Sites de recettes, forums de voyage, encyclopédies participatives... le web 2.0 ne manque pas d’espaces à investir dans une perspective actionnelle. L’écrit classique, en dehors des écrans, n’est pas en reste : nous l’aborderons aussi dans cet atelier consacré à la création de projets autour de la production écrite.

Inscription en ligne jusqu’au 15 mai

> Frais de participation : 75 € / étudiant : 50€

Les formations organisées par l’École communautaire sont éligibles au titre des financement DIF et OPCA.

Information et contact > martine.dubreucq@fle.fr

L’ÉCOLE COMMUNAUTAIRE À LA LIBRAIRIE PÉDAGOGIQUE DU FLE

Publié le 30 avril 2013
Fermer
En savoir plus

L’immigration étudiante en débat au Sénat

Le Sénat a débattu mercredi 24 avril des enjeux liés à l’immigration étudiante et professionnelle. Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche a déclaré à cette occasion : (...)

Le Sénat a débattu mercredi 24 avril des enjeux liés à l’immigration étudiante et professionnelle. Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche a déclaré à cette occasion :

"La défense de la francophonie n’est pas incompatible avec l’accueil des étudiants coréens, indiens ou brésiliens. Mais l’obstacle du langage est important, surtout pour les formations scientifiques et technologiques ; nous avons donc proposé de déroger, de manière très encadrée, à la loi Toubon, afin d’autoriser des formations en anglais, mais aussi en allemand étant entendu que le passage du diplôme se fera en français. Nous pourrons ainsi accueillir des étudiants qui, sinon, iraient dans les universités anglo-saxonnes, ce qui permettra d’élargir à la fois notre influence et nos marchés économiques."

Retrouver en ligne le compte rendu analytique des échanges

Lire aussi :

Une synthèse des débats sur Educpros.fr

Publié le 29 avril 2013
Fermer
En savoir plus
| 1 | ... | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | ... | 85 |