Apprendre le français en France

Quand la France réinvestit dans sa diplomatie culturelle

Le 20 mars dernier, le président de la République avait exposé son intention de développer une "francophonie décomplexée".

C’est dans cette perspective que l’Institut Français a présenté mardi 15 janvier, les grandes lignes du redéploiement qu’il entend conduire dans les 2 années à venir. Cette politique s’articule autour de 2 grandes priorités :

  • la promotion de la culture et de la langue françaises dans le monde
  • le développement des échanges culturels avec des partenaires ciblés, singulièrement dans les pays émergents.

"Le rayonnement culturel de notre pays, à travers la planète, est exceptionnel. Nous devons le préserver », a rappelé le diplomate Pierre Buhler, nommé président de cet établissement, en août 2017.

Cette feuille de route conduit aujourd’hui l’Institut français à se rapprocher de la Fondation Alliance française. Le transfert du siège de l’Institut français dans les locaux historiques de la Fondation Alliance française, boulevard Raspail, à Paris, a ainsi été confirmé.

L’apport du réseau de l’Alliance qui compte plus de 800 implantations dans plus de 130 pays à travers le monde doit permettre à l’institut de se concentrer davantage sur la promotion de la diplomatie culturelle de la France.

"À ce jour, le français est la 5e langue la plus parlée dans le monde – la 3e dans le monde des affaires – et la 2e la plus apprise, après l’anglais", expose Judith Roze, directrice du département Langue française, livre et savoirs de l’établissement. Mais les artistes français peinent souvent à percer hors de nos frontières.

En se focalisant sur la mise en place de programmes "sur mesure" ciblant les "sociétés civiles", notamment africaines, quitte à développer, selon les pays, des coopérations avec les réseaux allemands (Goethe Institut) et britanniques (British Council), Paris espère ainsi contrer la montée en puissance de la Russie, via ses instituts Pouchkine, et de la Chine qui multiplie les instituts Confucius dans de nombreuses régions subsahariennes.

En 2020 seront annoncées des initiatives spécifiques dans plus de 54 pays africains. En attendant, les 250 fonctionnaires expatriés de l’institut multiplient les actions dans les pays aux économies émergentes.

Les industries culturelles font ainsi travailler 1,3 million de personnes en France (2 fois plus que l’automobile !) et rapportent plus de 83,6 milliards d’euros, dont 2,7 milliards à l’export.

Source :
Le Point.fr