Apprendre le français en France
L’actualité du FLE et du français dans le monde
Le cri d’alarme du président de la FIPF

Incertitudes et inquiétudes sur l’avenir de la FIPF

Le professeur Jean-Marc Defays, président en exercice de la FIPF - Fédération internationale des professeurs de français lance un cri d’alarme dans le dernier numéro de la revue Le Français dans le monde.

Sous le titre "Au revoir la FIPF !" son Président écrit notamment :

"... j’ai décidé de ne pas être candidat à ma succession à la présidence de la FIPF (après) cinq années passionnantes à travailler à vos côtés, à interagir avec vous à l’occasion de congrès et de colloques, de projets de collaboration internationale, de missions de concertation, de formation ou de promotion, de rencontres toujours stimulantes, gratifiantes et conviviales qui m’ont rendu heureux et fier d’exercer le mandat que vous m’aviez confié à Liège en 2016.

Mais aussi cinq années à négocier avec les partenaires de la FIPF et à essayer
d’en trouver de nouveaux pour nous permettre – tout en préservant l’indispensable indépendance de notre OING – de poursuivre au nom de la francophonie nos activités en faveur des associations affiliées et de défendre le statut des professeurs de français dans le monde.

Mais aussi cinq années à tenter d’encourager à l’actualisation du fonctionnement de la FIPF, au renouvellement de ses modes de financement, au rajeunissement de ses cadres et de son esprit, et surtout à son adaptation aux attentes et aux besoins des associations qui, elles et leurs membres, ont changé comme le monde a changé, sous peine de voir révolu le temps de la FIPF.

La FIPF n’est rien sans les associations, mais toutes ne sont malheureusement
pas convaincues par les avantages qu’elles perdraient sans la FIPF, ou qu’elles gagneraient en s’y affiliant.

Le peu d’intérêt suscité par l’appel à candidatures pour les prochaines élections aux postes de président(e) et vice-président(e)s indique assez l’urgence de renforcer les synergies entre les associations et la fédération qui devrait en être l’émanation.

À l’heure qu’il est, il est impossible de garantir la survie de la FIPF. Les optimistes attendent patiemment un miracle (j’espère sincèrement qu’ils seront exaucés) alors que les quelques réalistes que je connais n’ont cessé de se démener pour trouver de nouvelles ressources afin d’éviter que la FIPF ne soit bientôt réduite à sa plus simple expression, à un rôle symbolique et protocolaire, ou ne disparaisse.

De toute manière, je n’ai par contre aucun doute sur l’engagement et la
créativité de toutes et tous ces enseignants de français qui honorent et
illustrent notre profession, ni sur la vitalité et la pérennité de leurs associations
que les difficultés, notamment celles causées par la crise sanitaire, semblent stimuler. À ce niveau, l’avenir est assuré, c’est l’essentiel !

C’est précisément ces professeurs qui travaillent au jour le jour dans des classes, avec des élèves, dans des conditions parfois éprouvantes, que
je veux saluer pour terminer ce dernier Billet : c’est en espérant pouvoir vous
être utile que j’ai bataillé au cours de ces cinq années ; je vous remercie
autant de m’en avoir donné l’occasion que de m’avoir soutenu dans mes
efforts.

Bonne chance à vous, chères et chers collègues !"


Publié le 2 juin 2021
Les
métiers
du
FLE
Advertisement