Apprendre le français en France

Une stratégie internationale pour l’enseignement supérieur français. Terra Nova fait des propositions.


Le think tank Terra Nova développe dans une Note en date du 21 février 2019, une série de propositions pour y voir plus clair dans la stratégie à l’international de l’enseignement supérieur français.

Voici une synthèse de la Note de Terra Nova :

Si la France reste une destination prisée, elle le doit davantage à son ancien prestige ou à son passé colonial qu’à son attractivité actuelle. Nous reculons très vite dans la liste des pays d’accueil, non seulement en nombre d’étudiants accueillis, mais dans les préférences des étudiants mobiles : une vraie dégringolade !

Le sous-financement de nos universités et la dispersion des responsabilités en matière de rayonnement de notre enseignement supérieur limitent nos capacités d’accueil alors que plusieurs de nos pays voisins ont fait du développement de leur enseignement supérieur une vraie priorité nationale.

Le plan Bienvenue en France lancé par le gouvernement montre une prise de conscience bienvenue sur ce sujet et une réelle ambition. En revanche, la décision d’augmenter les frais d’inscriptions des étudiants étrangers non-européens présente de nombreux inconvénients : elle n’a pas été suffisamment négociée avec les acteurs universitaires, elle impose une mesure uniforme au lieu de favoriser les stratégies des universités et elle va pénaliser les étudiants de familles modestes, en particulier ceux qui viennent de pays africains alors que l’espace francophone fait partie de nos atouts à privilégier.

Nous ne pouvons pas simplement appliquer des recettes mises en œuvre dans les pays anglophones, qui sont les premiers destinataires de la mobilité étudiante internationale. Nous devons tenir compte de nos atouts : un espace francophone dans lequel les échanges sont déjà forts, une image positive de la France comme pays de culture.

Les bénéfices de l’accueil des étudiants étrangers sont nombreux. C’est un élément d’une politique de rayonnement de la France dans le monde. C’est aussi un facteur de dynamisation de nos formations et de notre recherche. Enfin, c’est une manière de contribuer à une politique de développement dont les effets bénéfiques reviennent à moyen ou long terme chez nous.

C’est pourquoi la discussion sur l’internationalisation de l’enseignement supérieur ne doit pas faire l’objet d’un débat simpliste, centré uniquement sur les frais d’inscription. Mais pour que notre politique d’accueil porte ses fruits, elle doit viser avant tout une démarche de qualité. Ce qui passe nécessairement par une amélioration des conditions d’accueil des étudiants étrangers.

Nous développons une série de propositions pour y voir plus clair dans notre stratégie internationale d’enseignement supérieur. On ne pourra pas accueillir plus d’étudiants, et mieux les accueillir, sans un financement supplémentaire, inscrit dans la durée et à la hauteur des ambitions annoncées. Sa répartition entre effort budgétaire, donc supporté par les contribuables français, et autres sources de financement est une question complexe qui nécessite une réflexion approfondie.

Le partage des rôles entre acteurs diplomatiques et académiques, qui répondent à des logiques différentes, doit être clarifié, en respectant l’autonomie de fonctionnement des acteurs universitaires, notamment en laissant aux universités l’entière maîtrise scientifique et pédagogique de leur politique internationale.

Au niveau diplomatique, il faut la prendre en compte en parallèle d’une politique d’influence et d’une logique d’aide au développement. Les établissements universitaires doivent développer leur stratégie internationale et prévoir les services d’accueil et d’accompagnement adaptés pour cela. Les bourses et les exonérations de frais d’inscription des étudiants doivent être développés, en particulier pour les étudiants inscrits en doctorat.

A côté des bourses gérées par les postes diplomatiques, des systèmes de bourses académiques doivent être développés. Par ailleurs, les projets de développement de notre formation à l’extérieur sont une perspective à privilégier (double diplomation, déploiement de formations françaises à l’étranger...) et doivent inclure tous les niveaux d’étude, y compris le niveau IUT/STS.

Lire en ligne et télécharger la Note de Terra Nova :
Une stratégie internationale pour l’enseignement supérieur français