Apprendre le français en France

La langue orale dans l’apprentissage/enseignement des langues vivantes étrangères et régionales

Séminaire de l’Association des Professeurs de Langues Vivantes

Paris

Dates : Le 21 novembre 2020

Attention : ce séminaire de l’APLV est reporté à une date ultérieure.

Au programme : le statut, l’identité et les normes de la langue orale dans l’enseignement des langues vivantes étrangères et régionales (LVER), du primaire au supérieur.

A l’école primaire, la rencontre avec la langue vivante apprise se fait par l’écoute. Les enfants passent de l’écoute à la production orale, puis à la reconnaissance de l’écrit, afin de pouvoir s’approprier et conceptualiser la langue à partir de ce qu’ils en entendent.

Dans l’enseignement secondaire, c’est dans l’optique des épreuves actuelles du baccalauréat (E3C de terminale, ETLV et grand oral) que le séminaire envisagera les stratégies pour un entraînement et une préparation efficaces.

En effet, les examens correspondent à un modèle « canonique » (prise de parole en continu suivie d’une interaction avec un ou des interlocuteur(s) sur le contenu de la prise de parole), qui présente peut-être plus de problèmes qu’il n’y paraît a priori.

La présentation du candidat peut-elle être véritablement considérée comme de la communication orale, dans la mesure où il a préparé son discours et doit, pour être jugé efficace, l’exprimer dans une langue qui est de l’écrit oralisé plus qu’un oral authentique, aux niveaux du registre, du débit, du lexique, de la structure syntaxique, de la phonologie même ?

L’interaction avec le jury permet de donner plus de liberté à la parole du candidat, mais ne peut pas vraiment être considérée comme une interaction authentique spontanée entre deux locuteurs d’une langue en contexte naturel. Il conviendra donc de s’interroger sur les normes que l’on peut établir face à un état de langue aussi labile que l’oral, en d’autres termes comment saisir l’oral et quelles normes lui assigner.

Lien : Séminaire APLV