Apprendre le français en France

6e Congrès sarrebruckois de l’enseignement des langues étrangères

Le thème de ce congrès sera : "Communication sans frontières - enseigner, apprendre et parler les langues du monde".

Lieu :

Du mercredi 27 au vendredi 29 octobre en ligne

La communication d’aujourd’hui va peut-être plus clairement au-delà de toutes les frontières que cela n’a été le cas dans toute autre époque de l’histoire de l’humanité. Que ce soit via des applications telles que Skype, WhatsApp, WeChat ou LINE, via des blogs ou Instagram, les liens entre les gens sont linguistiquement plus diversifiés que jamais - un développement qui s’est vu renforcer et accélérer en temps de pandémie.

D’une part, cette évolution favorise une tendance vers l’anglais - non seulement en tant que lingua franca mondiale, ce qu’elle a été pendant longtemps, mais souvent aussi en tant que seule langue dans laquelle les gens ayant des langues maternelles différentes communiquent les uns avec les autres. Cette évolution est certainement due à l’économie linguistique, qui ne doit pas être sous-estimée à cet égard et qui est parfaitement compréhensible.

Toutefois, cette évolution est actuellement contrariée par une autre tendance. Cette tendance consiste à soutenir et à promouvoir les langues autres que l’anglais, qui sont perçues comme importantes - non pas à la place de l’anglais, mais plutôt en complémentarité avec celui-ci. Dans certains pays européens, comme la Grande-Bretagne, le chinois est largement promu depuis une dizaine d’années. En Chine, six langues étrangères (européennes et asiatiques), parmi lesquelles les élèves peuvent faire leur choix, sont actuellement proposées dans les collèges et lycées.

Ces tendances contradictoires montrent aussi que la communication doit être fonctionnelle. Cela signifie également qu’elle doit être économique, de sorte qu’il peut être suffisant pour les interlocuteurs d’avoir une seule langue commune - généralement l’anglais - à leur disposition. En même temps, pourtant, le sentiment semble gagner du terrain, selon lequel la maîtrise d’une seule langue étrangère conduira à un certain appauvrissement culturel, qui ne peut être inversé une fois qu’il est allé trop loin.

En outre, il existe des conditions de communication internationale dans lesquelles les deux partenaires de communication peuvent ne pas être des locuteurs natifs ou dans lesquelles seul l’un des partenaires de communication a appris la langue respective en bas âge. Les concessions que le locuteur natif - et aussi le locuteur non natif - doit faire dans de telles situations posent souvent des défis considérables pour la compréhension mutuelle.

En outre, les attentes (inter)culturelles et le comportement des interlocuteurs dans des situations de communication internationales doivent être pris en compte. Dans ce contexte, une question intéressante est, par exemple, celle de savoir si, depuis un certain temps, nous assistons à une phase de convergence culturelle - notamment grâce à Internet -, dans laquelle les différentes cultures se rapprochent de plus en plus les unes des autres, ou si les différentes cultures arrivent encore à garder leurs propres particularités et leur propre charme malgré l’énorme impact de la communication mondiale.

Une autre question d’intérêt général qui se soulève dans ce contexte est de savoir si et comment l’enseignement des langues étrangères peut promouvoir une communication sans frontières, ou si, aujourd’hui plus que jamais, les langues étrangères ne peuvent être apprises correctement qu’à travers l’interaction avec des locuteurs natifs. L’enseignement des langues étrangères d’aujourd’hui doit faire face à ce problème, qui est certainement difficile à résoudre.

Les aspects décrits ci-dessus, et bien d’autres qui leur sont étroitement liés, seront d’un intérêt particulier lors du 6ème Congrès sarrebruckois de l’enseignement des langues étrangères, qui est de portée mondiale.

Ils peuvent être énumérés comme suit :
• Aspects linguistiques de la communication (internationale)
• Interaction entre l’enseignant et l’apprenant aux fins d’une communication fonctionnelle
• Le multilinguisme sans frontières
• Oralité et écriture sans frontières
• Instruction bilingue et EMILE
• La communication sans frontières grâce à la médiation linguistique
• Approches contrastives en apprentissage et enseignement des langues étrangères
• Le rôle des médias (numériques) dans la communication internationale
• Communication sans frontières et changement communicatif en temps de la pandémie
• L’enseignement virtuel des langues étrangères
• La mobilité des étudiants et des adultes
• Les aspects interculturels de la communication transfrontalière
• Les aspects internationaux des langues de spécialité
• Les formes autonomes d’apprentissage pour l’acquisition des langues étrangères en dehors de la salle de classe.
• Politique linguistique et absence de frontières
• L’absence de frontières face à la migration
• La philosophie du langage
• Approches du thème central du congrès dans différents pays et leurs établissements d’enseignement
• ...

Les domaines mentionnés ci-dessus représentant une liste ouverte, ils sont d’un intérêt particulier dans ce contexte, et des conférences sur le français et en français sur tous ces aspects seront les bienvenues.

C’est en raison de l’incertitude liée à la pandémie que le 6e Congrès sarrebruckois de l’enseignement des langues étrangères se tiendra en ligne. Nous sommes parfaitement conscients du fait qu’il ne s’agit là pas de la solution optimale et nous regrettons d’avoir dû prendre cette décision, mais nous ferons de notre mieux pour faire de cette conférence une plate-forme permettant de réunir les universitaires malgré cette situation difficile.

Nous conserverons les éléments traditionnels de nos congrès (conférences principales, conférences de section et table ronde), et cette fois-ci, ils seront complétés par des présentations d’affiches.

En fonction de la forme virtuelle de notre congrès, nous avons modifié la durée des conférences principales, qui sera de 45 minutes (+ 15 minutes de questions-réponses), et celle des conférences de section, qui sera de 20 minutes (+ 10 minutes de questions-réponses).

Notre exposition de livres sera également incluse afin que les participants puissent entrer en contact avec les maisons d’édition et leurs représentants.
Nous essaierons même de simuler notre traditionnelle soirée de divertissement afin d’offrir à nos participants une plate-forme de réseautage.

La participation à la conférence est gratuite. Pour vous inscrire, veuillez utiliser notre formulaire en ligne. Nous invitons cordialement les universitaires qui souhaitent présenter leurs résultats de recherche à télécharger le résumé de leur présentation à notre formulaire d’inscription.

Comme c’était le cas de nos congrès précédents, il est prévu de publier une sélection des interventions présentées lors de la conférence sous forme d’un livre. (Pour plus d’informations, veuillez cliquer ici).

Nous nous réjouissons de vous voir (à nouveau) à Sarrebruck virtuellement et espérons que nous ressentirons une certaine unité tout en étant séparés l’un de l’autre dans différents coins du monde.

Lien : 6e Congrès sarrebruckois de l’enseignement des langues étrangères