Apprendre le français en France

Les métiers du FLE

Le FLE ? Ah, voyager dans le monde entier, travailler sans diplôme, enseigner aux enfants comme aux adultes, arriver les mains dans les poches et le manuel dans le sac… Voilà quelques préjugés que la professionnalisation du milieu dément de plus en plus – découvrez-en d’autres et proposez les vôtres !

Aujourd’hui, le champ du FLE - expression générique regroupant français langue étrangère, français langue seconde, français langue de scolarisation, français langue d’intégration, français langue professionnelle - offre des créneaux professionnels particulièrement variés, de l’enseignement à l’édition en passant par les ressources humaines, l’humanitaire ou encore les nouvelles technologies.

Décrié par les uns en raison de la précarité qu’on y trouve, "chapellisé" par d’autres face à la raréfaction des situations confortables, encensé par ceux qui y ont trouvé épanouissement personnel et professionnel, le FLE est tout à la fois un cul-de-sac et une piste d’envol. Comment s’engager dans la bonne voie ?

Peut-être en commençant par s’interroger sur les essentiels. Vos essentiels. Aventure et précarité ou cadre et sécurité ? Bien sûr, la réalité des postes n’est pas si manichéenne mais faire le point sur ses atouts, son style de vie et ses aspirations permet sans doute de ne pas avoir à faire machine arrière après quelques années.

Bref, comment se professionnaliser, rebondir après quelques années d’enseignement, valoriser ses compétences ou encore panacher le FLE avec un autre champ professionnel ?

Nous vous présentons pour cette rentrée 2013-2014 un dossier détaillé sur les métiers du FLE. N’hésitez pas à réagir, témoigner, compléter ou encore commenter son contenu en nous contactant : dossiersfle@fle.fr.

Quelques conseils de lectures :

- Actes des Rencontres sur les métiers du FLE de 2003.

- États généraux du français langue étrangère-français langue seconde en 2006 : voir en particulier la synthèse de l’atelier « Métier : débouchés et emplois » sur le site FLE-Asso.

Notre dossier s’appuie sur de nombreux documents en ligne mais aussi sur l’enquête que nous avons lancée en mai 2013 auprès de la communauté des enseignants et des principaux acteurs de la professsion en France et à l’étranger.

Note : pour plus de lisibilité, les fonctions sont indiquées au masculin, bien que le secteur du FLE soit très féminisé !

En voici la table des matières :

Les 10 légendes du FLE

Avant de se plonger dans le coeur du dossier, peut-être serait-il bon de s’intéresser aux représentations communes de la profession ? Nous avons tous entendu quelques-unes de ces formules définitives sur le FLE, et parfois même les avons-nous prononcées.. Pour ceux qui "entrent en FLE", quelques mises au point s’imposent.

Le B-A BA du FLE

Voici en quelques mots les définitions des multiples statuts des travailleurs du FLE, abordés en détail dans le dossier.

Apprenti :

il suit une formation en alternance, cumulant d’une part un cursus éducatif et d’autre part des activités professionnelles dans l’entreprise qui l’emploie.

Assistant :

dans un établissement secondaire étranger, il contribue aux activités d’enseignement de sa langue et de sa culture d’origine.

Bénévole :

il travaille pour un organisme sans toucher de rémunération.

Expatrié :

relevant en général de la fonction publique, il exerce une mission limitée dans le temps dans un pays étranger et bénéficie d’un salaire assorti d’une indemnité d’expatriation.

Indépendant :

en tant qu’entrepreneur individuel, il réalise pour le compte de clients des activités en lien avec sa formation et ses compétences (cours de langue, formation de formateurs, rédaction spécialisée...).

Lecteur :

au sein d’un établissement supérieur étranger, il dispense des cours auprès d’étudiants suivant des études dédiées à la langue française ou un cursus comportant des cours de langues.

Local :

ressortissant du pays ou étranger, il a signé avec son employeur un contrat de droit local.

Salarié :

dans le cadre d’une fiche de poste, il a signé un contrat à durée déterminée (CDD) ou indéterminée (CDI) avec une entreprise. Il est à noter que le contrat à durée indéterminée intermittent (CDII) ne garantit qu’un minimum d’heures travaillées annuel tandis que le contrat saisonnier est un contrat court (fréquemment employé lors des sessions d’été) qui, contrairement au CDD, ne donne pas droit à l’indemnité de précarité de 10%.

Vacataire :

travailleur indépendant ou sous contrat avec un employeur principal, il travaille de manière régulière pour un employeur occasionnel, qui le rémunère sur la base de vacations (généralement à l’heure, à la demi-journée ou à la journée).

Volontaire :

il s’engage par contrat pour une mission d’intérêt général à durée limitée et perçoit en contrepartie une indemnité de subsistance non assimilable à un salaire.

Cap sur la professionnalisation

Cette partie vous propose de faire le point sur les stages FLE, de découvrir la large gamme des volontariats, de faire la différence entre les assistants et les lecteurs et de connaître les contextes extrêmement variés d’enseignement du français langue étrangère.

Consulter le dossier

Rebondir après quelques années d’expérience

Vous fréquentez les salles de classes plusieurs années déjà, et l’envie de prendre un nouveau départ se manifeste ? Cette expérience pédagogique, associée à des savoir-faire spécifiques, peut ouvrir les portes de métiers liés à l’enseignement du français langue étrangère. Formation de formateurs, coordination pédagogique, direction d’établissement : trois opportunités de valoriser des compétences acquises par la formation, lors d’une vie professionnelle antérieure ou cultivées en autodidacte.

Consulter le dossier

Panacher FLE et....

Si vous envisagez votre carrière professionnelle comme un cocktail, voici des idées pour associer au français langue étrangère des professions issues d’horizons variés. Edition, coopération, documentation, éducation nationale, entrepreneuriat, nouvelles technologies, publication ou encore recherche : voilà peut-être des « itinéraires bis » offrant une alternative à l’enseignement du FLE, qui aboutit pour certains… à une voie de garage.

Consulter le dossier