Les Pages PRO de l'École communautaire

Théâtre et FLE

Jean-Pierre Cuq le disait déjà en 2003 dans son Dictionnaire de Didactique du Français Langue Etrangère et Seconde : «Le théâtre dans la classe FLE offre les avantages classiques du théâtre en langue maternelle : apprentissage et mémorisation d’un texte, travail de l’élocution, de la diction, de la prononciation, expression de sentiments ou d’états par le corps et par le jeu de la relation, expérience de la sène et du public, expérience du groupe et écoute des partenaires, approche de la problématique acteur/personnage, être/ paraître, masque/rôle.».

Théâtre en contextes

Le théâtre n'est pas seulement depuis longtemps une pratique scolaire, "lettrée" et universitaire, c'est aussi un puissant facteur d’insertion sociale pour les adultes non francophones, comme l'expèrience de Véronique Laurens avec la Cimade nous le montre sur ce document : Théâtre et apprentissagedu français.

Sur Weblettres, fameux site de professeurs de français langue maternelle, on trouvera des témoignages d'enseignants issus de la lise de diffusion Profs-L qui donnent de superbes idées. L'intérêt est ici méthodologique et c'est d'ailleurs ce qui nous semble le plus utile, puisque l'accès aux textes est devenu aujourd'hui infini.

Françoise Chatelain, enseignante en Belgique, a mis en ligne un site stimulant parce qu'il prend à bras le corps tout le travail collectif que représente une piièce de théâtre en faisant rédiger le compte-rendu par les élèves eux-mêmes : Un Amour de vitrine ou comment découvrir le théâtre autrement.

Un petit scénario pédagogique sympathique propose une autre approche, tout aussi active :
Devenez critique théâtral d'un jour !

Le théâtre est un domaine comme les autres investi par l'Entreprise et donc la formation continue. Michel Fustier, dont les ouvrages sur la créativité sont connus des formateurs expérimentés ( "Les exercices pratiques de créativité " aux éditions d'Organisation ) a écrit une série de mini-pièces savoureuses sur le monde comtemporain qui, comme il le dit, "au delà des modes et des époques, évoquent les problèmes fondamentaux de l'entreprise éternelle. A elles seules, elles constituent une manuel vivant de réorganisation générale". Du même auteur, une pièce de théâtre destinée aux enfants mais qui amusera adultes et étudiants étrangers apprenant le français : Socrates à l’école.

Mais le théâtre, c'est aussi le plaisir passif (?) du théâtre filmé, et on ne peut retrouver sur Youtube des extraits de véritables réussites du genre, comme le film de Mathieu Almaric sur la pièce de Corneille : "L'Illusion comique".

Les références

Wikisources : Un trè grand nombre de textes passés dans le domaine public ou publiés sous licence libre. Wikisource est un projet de la fondation Wikimedia.

Remue.net
Le site de François Bon est une bible pour qui aime la littérature contemporaine.Le théâtre n'est pas oublié dans ce site en mouvement perpetuel. Quelques textes de pièces contemporaines sont en ligne.

Le proscenium : ce site destiné aux auteurs de théâtre leur propose de publier leurs textes mais il peut aussi intéresser les enseignants de FLE qui souhaitent faire jouer leurs élèves ou étudiants. Chaque texte est décrit succinctement (résumé, genre, distribution, public, décor, durée). Il y a des textes pouvant être joués par des enfants et par des adolescents et un bon moteur de recherche.

La comédiathèque : Jean-Pierre Martinez est un auteur français contemporain dont les textes sont  joués par les compagnies professionnelles ou amateurs en France et à l'étranger et il propose ici ses textes en téléchargement.

Théâtre et FLE : Patrick de Bouter propose cinq sketches extraits de pièces écrites pour les étudiants étrangers.

Théâtre en scène sur le site de TV5 : des représentations théâtrales en vidéo avec une exploitation pédagogique de l'équipe du CAVILAM.

Le dossier de Franc-parler.org sur le théâtre (2009) est toujours disponible en ligne : c'est encore à ce jour la meilleure référence !

Une bibliographie

UNE ESTHETIQUE THEATRALE EN LANGUE ETRANGERE

L'ouvrage de Gisèle Pierra, aux éditions de l'Harmattan.

Dans la langue/culture étrangère, un espace se construit, entre les cultures, entre les langues, par le théâtre. Le terrain d'observation est celui d'étudiants de diverses cultures qui, en création collective guidée par l'enseignante et grâce à une intersubjectivité maximalisée, travaillant créativement leur gestuelle et leur parole dans la confrontation à des textes pour aboutir à la réalisation d'une mise en sène. C'est esthétiquement et par des rencontres sensibles que chacun libère son expression dans l'appropriation de la langue/culture nouvelle.

 

Quelques ouvrages de Gisèle Pierra présentés à la Librairie le 12 octobre :

- Diversité didactique des langues romanes (2011) (coords. K. DVORDJEVIK, G. PIERRA, E. YASRI) chez Cladole Editions Montpellier.
- Arts du langage et publics migrants (2007) ( coords. N. AUGER, G. PIERRA) ELA ° 147, Juillet-septemre 2007, Didier Erudition
- Arts du langage - construire une transversalité (2006)(coords N. AUGER, G. PIERRA), "Traverses" n°8, collection LACIS, Université Paul Valéry Montpellier 3.

Signalons le récent ouvrage des éditions PUG : Jeux de théâtre". Vous pouvez télécharger ou consulter en ligne un extrait numérique complet, contenant le sommaire, le prologue et 4 jeux àdécouvrir ou essayer en classe. L'ouvrage complet contient quant àlui , 70 jeux déjà testés et approuvés par de nombreux enseignants de FLE. Ce livre s'organise en 3 parties, dynamiser, théâtraliser, interpréter/créer et offre une progression raisonnée de la difficulté des activités ( adaptables à tous les niveaux d'apprentissage) afin de permettre une amélioration de la prononciation et de la fluidité verbale, un enrichissement lexical et un développement des compétences interculturelles.

Backès, C. (2009), La boite à outils du théâtre en classe, Paris, Gallimard-èducation.

Boal A. (2004), Jeux pour acteurs et non acteurs, Pratique du théâtre de l’opprimé, Paris, La Découverte.

Weiss F. (2002), Jouer, communiquer, apprendre, Hachette.

Scéren : Revue Théâtre aujourd’hui http://www.cndp.fr/

Egalement disponible à la Librairie ATTICA :

Deux à deux

Pièces et dialogues pour jouer la langue française

Techniques théâtrales pour la formation d’adultes

Jeux en... scènes !

Contes du monde en théâtre

Entrainement à l’improvisation théâtrale

La grammaire en scène

Petites comédies pour les enfants

Piièces drôles pour les enfants

Piièces policères

Du jeu au théâtre

L’enfant debout

Coups de théâtre en classe entière

Théâtre contemporain et jeune public

 

Un entretien avec Charline, une enseignante passionnée de théâtre

Charline, 33 ans, est actuellement professeure de FLE au CIEF (Centre International d’Etudes Françaises) à l'université de Bourgogne, à Dijon. Passionnée par le théâtre depuis toujours, Charline a su conjuguer sa passion avec son métier d’enseignante de français langue étrangère dans le cadre de différents projets d’expression théâtrale en France et à l’étranger.

C’est lors d’un stage long MAE effectué à Jakarta en Indonésie qu’elle a pu mesurer à quel point le théâtre trouvait sa place dans la classe de FLE. S’appuyant sur sa propre expérience du jeu et de la mise en scène, Charline a monté divers projets en classe jusqu’à se voir attribuer l’enseignement du théâtre dans le cadre d’un cours du CIEF ouvert depuis l’année dernière.


1. Charline, peux-tu nous présenter le projet théâtral que tu as mené avec ta classe, et en décrire le déroulement ?

Mon travail est essentiellement basé sur le mime, la gestuelle et les onomatopées, à cheval entre le clown, le butô et l’absurde ; l’atelier théâtre que je mène depuis l’année dernière avec les étudiants du CIEF est avant tout l’occasion de se retrouver un soir par semaine (tous les lundis, de 18h30 à 20h30) pour s’apprivoiser, échanger et travailler ensemble autour d’une langue commune : le français.

Nous sommes aimablement accueillis à l’Athénéum, le centre culturel de l’Université. En effet, nous avons la chance de répéter dans une réelle salle de spectacle, et, toute l’équipe se tient à notre disposition. Répéter et jouer en dehors de l’espace cours donne une toute autre dimension à l’atelier.

Ce dernier est proposé à tous les étudiants du CIEF : du niveau A1 au niveau C1 (le niveau C2 se faisant assez rare !). Tous viennent d’horizons différents, bien souvent, ils ne restent que pour la durée d’un semestre (c’est pourquoi il y a deux ateliers théâtre : le 1er,  d’octobre à décembre et le 2nd, de février à avril). Mais ce qui est sûr c’est que tous sont motivés pour découvrir une autre manière d’apprendre le français.

L’atelier dure donc en moyenne 2 heures (« en moyenne » car en fin d’atelier, un peu avant le grand soir, nous rajoutons quelques heures de répétitions !). Durant ce temps de travail, nous commençons par des exercices théâtraux plutôt ludiques, voire très amusants ; pour ensuite conclure sur un travail purement scénique : travail de la pièce. Et tout ceci pour jouer sur scène à la fin du semestre.

2. Quelles difficultés as-tu rencontré lors de la mise en place de ce projet théâtral ?

Je n’ai pas rencontré de difficultés particulières, si ce n’est que j’aimerais avoir un peu plus de niveaux débutants, mais ils osent moins que les autres niveaux. Au niveau de la direction du CIEF, j’ai obtenu une totale carte blanche quant à mes initiatives. Le fait de me faire confiance m’a beaucoup aidé pour mener à bien ce projet.

3. Quels avantages vois tu dans la pratique du théâtre pour les apprenants de français?

Je trouve que le théâtre a un pouvoir extraordinaire sur les étudiants. Pour certains, il peut être un outil pour améliorer leur niveau de langue et de compréhension (je pense ici aux niveaux avancés) ; pour d’autres, il peut les aider à vaincre leur timidité, à prendre confiance en eux et surtout les étudiants comprennent qu’une langue, c’est à la fois une voix et un corps.

 4. Aurais-tu quelques conseils à donner aux profs désirant se lancer dans la mise en place d'un projet théâtral en classe?

Si je pouvais donner un ou deux conseils aux professeurs de FLE désireux de monter un atelier théâtre, je leur dirais que la motivation (ça se passe généralement le soir, après les cours) et l’envie sont les deux moteurs essentiels pour un tel projet. Si nous ne sommes pas motivés, comment peut-on motiver les étudiants ?

Entretien réalisé par Laurie-Anne Pecqueux, octobre 2012.

Un entretien avec Julie, prof de FLE à Nice

 Actuellement prof de fle dans un institut linguistique à Nice? Julie a enseigné en France, Angleterre, Indonésie et Australie, s'efforçant chaque fois d’intégrer un peu de théâtre dans ses cours.

 Elle a commencé le théâtre à 11 ans et  en a fait pendant 12 ans.

 Le projet mené au CCF de Bandung était un atelier de pratique artistique mélant musique, danse, chant et surtout théâtre et regroupant  les apprenants de français volontaires des universités et du CCF de Bandung.

 1. Julie, peux-tu nous présenter le projet théâtral que tu as mené au CCF de Bandung, et en décrire le déroulement ? 

 J’ai proposé au directeur du CCF de Bandung de mettre en place un atelier de pratique artistique tous les lundis soirs pendant 2h dans la salle de spectacle du Centre. Mon projet était de créer une petite troupe amateur et de proposer un spectacle à la fin de l’année scolaire. L’atelier était ouvert à tous les étudiants de français de Bandung, qu’ils soient du CCF ou non. Je me suis retrouvée avec une dizaine de jeunes, pour la plupart débutants. J’ai aussi reçu de l’aide d’une amie et collègue française pour la promotion de l’atelier et sa « production » et une autre amie française à fait partie de la troupe. Le niveau de français plutôt faible des apprenants ne me permettait pas de jouer une vraie pièce dans sa totalité. Nous avons donc choisi un thème : l’amour, et nous l’avons décliné sous toutes ses formes dans différentes scénettes. La musique et le chant tenaient aussi une place importante car la plupart des apprenants avaient de nombreux talents artistiques. Le CCF m’a accordé un article dans son magazine pour faire la promotion du spectacle et des fonds m’ont été alloués pour créer une affiche, des t-shirts et des accessoires.  Après 7 mois de répétitions nous avons joué devant une salle comble et le public indonésien semblait conquis malgré l’aspect inhabituel de notre pièce.

 2. Quelles difficultés as-tu rencontré lors de la mise en place de ce projet théâtral? 

 Ma plus grande difficulté concernait le niveau des apprenants, A2 pour la majorité. Il y a souvent eu des quiproquos et des fous-rires liés à la langue. De plus, aucun d’eux n’avait pratiqué le théâtre auparavant et il fallait leur enseigner les bases. Il s’agissait d’un réel défi pour moi qui n’avait jamais eu à mettre en scène et diriger. A un moment j’ai cru tout abandonné de peur que le résultat soit passable mais les apprenants ont fait preuve d’une grande motivation et d’un investissement qui m’a à la fois touchée et remotivée.

 3. Quelles en sont les richesses d'après toi ? 

 Le théâtre étant une de mes passions, je ne vois que des avantages à l’intégrer dans mon enseignement. Mais l’intérêt est bien réel pour les apprenants qui se voient entrer dans une situation concrète, en dehors de la classe. L’interaction est mise en valeur et l’apprenant se retrouve acteur au sens propre mais aussi acteur de son apprentissage. Indirectement, dans une tâche qui n’est pas celle d’apprendre la langue, il va assimiler une grande quantité de connaissances et de compétences sans même le réaliser, en s’amusant. De plus, sa production orale s’en voit nettement améliorer ainsi que sa phonétique car au théâtre il est essentiel de parler fort et intelligiblement. Enfin la timidité ou l’inhibition disparaissent vite quand il se prend au jeu et par la suite, en classe, il prendra plus spontanément la parole. Enfin, le fait d’avoir des étudiants de différentes écoles et universités mais aussi différents niveaux a donné une bonne dynamique à ce groupe qui est devenu soudé et a vu se créer des amitiés très fortes.

 4. Aurais-tu quelques conseils à donner aux profs désirant se lancer dans la mise en place d'un projet théâtral en classe ? 

Mon conseil serait avant tout d’être animé d’une passion et aussi d’avoir quelques bases concernant le théâtre, le jeu, la mise en scène. Il faut amener le texte et le jeu d’acteur petit à petit pour ne pas effrayer les apprenants, donc commencer plutôt par des jeux sans paroles, des exercices de concentrations et de cohésion et des minis jeux de rôles. Il est bon de faire participer les apprenants au travail de mise en scène : choix de la pièce, conseils sur le jeu, les décors, les costumes etc. C’est un projet de longue haleine et il faut être organisé et ne pas avoir peur des heures passées à le préparer. Cependant, la satisfaction est grande quand on voit le résultat, le spectacle réussi, la joie des apprenants, leurs progrès souvent impressionnants et le chemin parcouru ensemble, comme une équipe.

Entretien réalisé par Laurie-Anne Pecqueux, octobre 2012.